Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
tunnel-Chambon-Zone-de-desordre

Tunnel du Chambon : les travaux et la zone gelés en attendant le glissement de terrain

25 Juin 2015 - 9:35

« Au vu de l’accélération récente des mouvements de montagne, la problématique Chambon va désormais bien au-delà de la question du chantier du tunnel, champ de compétence du département, pour devenir un enjeu global de sécurité sur les personnes et les biens qui relève de la responsabilité de l’État », a indiqué le préfet de l’Isère, Jean-Paul Bonnetain, ce mercredi à Grenoble. M. Bonnetain a « deux priorités absolues : la sécurité des personnes et des ouvrages ; l’exigence d’efficacité quant à l’urgence de rétablir une liaison dans les meilleurs délais face à la situation dramatique que vivent les populations du secteur ».

Au-delà de l’évacuation du chantier du tunnel et de l’arrêt des navettes lacustres, deux arrêtés préfectoraux ont été pris ce mardi pour interdire de pêcher dans le lac et, pour les promeneurs et les randonneurs, d’emprunter les berges du lac. Des gendarmes ont d’ailleurs été déployés sur place « pour garantir l’application de ces deux arrêtés ».

Le chantier ne reprendra qu’une fois que le glissement de terrain aura eu lieu

« Les travaux du tunnel ont été jusqu’ici poursuivis avec un ajustement régulier des techniques utilisées en fonction des aléas géologiques constatés, avec pour objectif une réouverture dans les délais prévus, et ce tant que la sécurité des opérateurs sur site était assurée », précise le conseil départemental de l’Isère. « Ces conditions ne sont aujourd’hui plus réunies et la reprise ne pourra être envisagée que lorsque le glissement aura eu lieu. »

Le préfet de l’Isère a écarté d’éventuelles conséquences d’un glissement sur le barrage du Chambon : les études et modélisations réalisées par EDF et validées par les services de l’État démontrent que le scénario le plus défavorable d’un glissement d’ampleur n’aura pas d’impact sur la structure du barrage.

Procédure accélérée pour le lancement des travaux de l’itinéraire bis

Jean-Pierre Barbier, président du Département, a indiqué que, « dès le mois d’avril, une étude de faisabilité a été engagée sur la possible création d’un itinéraire bis ». La solution d’aménagement d’une route en fond de barrage, ainsi que l’hypothèse du pont flottant, ont définitivement été écartées.

La piste de secours sur la rive gauche de la Romanche apparaît comme « la seule solution viable et assurant la sécurité nécessaire ». D’une longueur de 5,3 km et d’une largeur minimale de 3,5 m, elle sera dotée de zones plus larges pour les croisements, et recouverte d’un enduit permettant la circulation de véhicules allant jusqu’à 19 tonnes. « Il s’agit toutefois d’un itinéraire de délestage sur le principe d’une circulation en alternat et soumis aux aléas d’avalanches en hiver et à de possibles éboulements qui imposeront un accès régulé », a précisé M. Barbier. « En aucun cas, cet itinéraire ne saurait absorber le trafic constaté habituellement sur la RD 1091. L’objectif est bien à terme de rendre à nouveau possible l’utilisation du tunnel. »

Le Département de l’Isère précise qu’il est prêt à engager les travaux dès la semaine prochaine. Le préfet a assuré de la diligence des services de l’État pour permettre l’obtention de toutes les autorisations administratives dans les plus brefs délais (le dossier a été posé en préfecture ce mercredi). L’ouverture est envisagée pour novembre 2015. Le coût total sera de 5 millions d’euros, financé par le Département de l’Isère.

Pour suivre l’actualité du tunnel du Chambon, cliquez ici

Photo : CD 38


+ Sur le même sujet...