Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Germanette

Serres : « La plus grosse soirée des Hautes-Alpes » interdite par le maire et le préfet

Nicolas Soulages veut encore y croire, même s’il refuse d’en dire davantage. Pourtant, il devra bien s’y résoudre : la deuxième édition de « la plus grosse soirée des Hautes-Alpes » n’aura pas lieu. Un arrêté municipal a été signé, ce lundi, par Bernard Mathieu, maire de Serres, qui interdit « strictement » le déroulement de la soirée, ce samedi 4 juillet au plan d’eau de la Germanette. Et le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, a enfoncé le clou en écrivant aux organisateurs, ce mercredi, pour les prévenir : « Cette manifestation ne doit pas avoir lieu sous peine d’illégalité. Il vous revient de vous conformer à la décision municipale ou de saisir la juridiction administrative. » Le tribunal de grande instance doit également se prononcer vendredi sur une assignation déposée contre les organisateurs par la communauté de communes du Serrois, propriétaire du plan d’eau.

Les organisateurs ont déposé une demande le 16 juin dernier à la préfecture, qui l’a transmise au maire de Serres. Ce dernier a sollicité les avis de la gendarmerie, du service départemental d’incendie et de secours (Sdis) et de la communauté de communes, qui ont tous émis un avis défavorable. « Ce site de loisirs avec les risques inhérents aux plans d’eau ne peut accueillir ce genre de manifestation compte tenu des risques liés à l’alcoolémie et des risques de dégradations des équipements », indique ainsi la communauté de communes. « Je pouvais difficilement donner un avis favorable alors que je n’avais que des avis négatifs », ajoute le maire, Bernard Mathieu.

L’arrêté municipal se fonde sur ces avis défavorables, sur le fait qu’aucune convention n’a été signée avec la communauté de communes pour utiliser la base, sur l’absence d’accord avec les propriétaires privés sur les terrains desquels des parkings étaient prévus et sur les « troubles à l’ordre public enregistrés l’an dernier ». Le maire de Serres précise aussi que les organisateurs indiquaient dans leur dossier que la Maison technique départementale devait mettre en place une signalétique et la commune des barrières, alors qu’il n’y avait eu aucune sollicitation et que rien n’était prévu. Bref, « il n’y a pas toutes les garanties nécessaires », considère M. Mathieu.

Le différend avec la communauté de communes dépasse la simple organisation de cette soirée. De fait, l’assignation en référé devant le tribunal de grande instance, plaidée ce mardi, portait à la fois sur « l’interdiction de la manifestation ou de toute autre manifestation sur le site » par le gérant du restaurant, mais aussi sur son expulsion, faute d’avoir payé le loyer depuis deux ans. « Il y a des affaires extérieures », se contente de répondre M. Soulages. « Je n’ai pas le droit de vous répondre. Il y a des problèmes avec la communauté de communes, qui ne veut rien faire pendant l’été. » Il confirme cependant qu’il n’a pas déposé de recours contre l’arrêté municipal qui interdit la soirée de samedi.


+ Sur le même sujet...