Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Manif loup Gap (21)

Gap : plus de 700 manifestants (et 1600 brebis) contre la présence du loup (vidéo)

Entre 700 et 850 manifestants, accompagnés de 1600 brebis, défilent, ce mardi matin, dans les rues de Gap, afin de protester contre la prédation des troupeaux par le loup. La FDSEA, les Jeunes agriculteurs et la Fédération nationale ovine entendent profiter de la journée de repos du Tour de France à Gap pour faire entendre leurs revendications.

LIRE EGALEMENT
>> Gap : Ségolène Royal s’invite à la réunion sur le loup, entre le préfet et les éleveurs


Gap : manifestation contre le loup par lemedia05

Les manifestants convergent vers la préfecture des Hautes-Alpes, qui est fermée au public au coeur d’un quartier lui-même interdit à la circulation et au stationnement pour l’occasion. Une table ronde se tiendra à la préfecture, en présence d’élus et des représentants de la profession. Xavier Beulin, président de la FNSEA, Michèle Boudoin, présidente de la FNO (Fédération nationale ovine), et le responsable Loup des Jeunes agriculteurs seront également présents. Le préfet des Hautes-Alpes, Pierre Besnard, devrait indiquer que la prochaine visite du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, dans les Alpes-de-Haute-Provence, sera essentiellement consacrer à la problématique du loup.

Deux cortèges ont défilé jusqu’à la préfecture. Le plus fourni était celui qui s’est constitué au rond-point du Sénateur, route de Veynes. Entre 400 et 500 manifestants s’y sont groupés, notamment de nombreux éleveurs venus de la région et en particulier du Var. Entre 260 et 300 éleveurs se sont regroupés sur la route du col Bayard. Plusieurs maires, parfois ceints de leur écharpe tricolore, et conseillers départementaux sont également présents dans les cortèges.

Par ailleurs, une vingtaine de manifestants pro-loup se sont regroupés devant la préfecture. Dans un communiqué, le collectif Cap Loup estime que cette manifestation « fait entendre les difficultés ressenties par la profession mais aussi un refus d’évoluer vers des pratiques respectueuses de l’intérêt général et de la biodiversité. Le loup est une cible fédératrice pour des syndicats agricoles dépassés par les difficultés profondes de la filière ovine. La concurrence internationale, la baisse de la consommation de viande ovine en France, la disparition des terres agricoles au profit de l’urbanisation, la multiplication des maladies : voilà les causes réelles des difficultés de l’élevage ovin », estiment les associations environnementalistes.

A 12h, devant la préfecture, l’historien gapençais Jean-Pierre Reybaud revêtira par ailleurs le costume de garde-champêtre pour dresser l’historique de l’éradication des loups à Gap, de 1616 à 1903, avec les primes versées.


+ Sur le même sujet...