Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
conseil régional

Régionales : EELV et une partie du Front de gauche scellent leur accord

Ce mercredi, le Premier ministre Manuel Valls, venu à Forcalquier soutenir son ami Christophe Castaner, tête du liste du PS pour les prochaines régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, s’est fait l’avocat de l’union de la gauche : « Elle doit être rassemblée impérativement dès le premier tour », a-t-il notamment déclaré. Ce jeudi, la réponse d’Europe Ecologie-Les Verts et d’une partie du Front de gauche (Parti de Gauche et Ensemble PACA) est tombée par la voie d’un communiqué confirmant leur décision de constituer une liste autonome du PS au premier tour des élections régionales. Le PCF n’a pas encore validé cet accord, mais serait en bonne voie de le faire. « EELV et le PCF sont d’accord pour reconnaître leurs différences, tout en constatant que celles-ci ne sont pas un obstacle à l’union », observe Thierry Baud, tête de liste EELV dans les Hautes-Alpes. « Il n’y a aucune divergence, c’est simplement une question de calendrier et de procédure. En tout cas, c’est une certitude, il y aura deux listes de gauche au premier tour. »

Dans cette déclaration commune, Sophie Camard, candidate tête de liste EELV, Guy Benarroche, secrétaire régional EELV PACA, Luc Léandri et Hélène Le Cacheux, co-chefs de file du PG, Rémy Jean et Isabelle Bourboulon, porte-parole d’Ensemble PACA, indiquent avoir « fait le choix de coopérer au-delà des partis, et de la mécanique habituelle de la politique, pour inventer un nouveau mode de gouvernance démocratique, un meilleur cadre de vie et de développement pour notre région (…). Nous ne nous résignons pas aux politiques d’austérité. Notre ambition commune : calquer le fonctionnement de la région sur le modèle coopératif, en valorisant les initiatives existantes pour les aider à se développer, en incitant chacun à y contribuer, pour créer plus d’emplois durables, préserver l’environnement et garantir l’égalité et l’intérêt général. »

Les trois formations indiquent travailler à « la co-construction du projet via des rencontres coopératives ouvertes, des assemblées ou fabriques citoyennes, dans les communes et quartiers de notre région » et annoncent que chaque candidat devra signer « un document d’engagement éthique ». Par ailleurs, « au moins un quart de citoyens, de personnes engagées dans le monde économique, social, associatif et écologiste » figureront sur la liste en positions éligibles.


+ Sur le même sujet...