Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Glacier blanc - M. Coulon PNE

Le glacier Blanc a perdu près de 10 mètres d’épaisseur en douze ans

14 Août 2015 - 23:29

Le glacier Blanc, le plus grand des Alpes du Sud, a perdu entre 9 et 10 mètres d’épaisseur en douze ans, avec des différences importantes selon l’altitude, selon un bilan publié par le parc national des Ecrins. Le glacier a perdu près de 42 millions de m3 d’eau et a diminué d’environ 50 hectares. Ce déséquilibre remonte aux années 80 et s’accentue depuis les années 2000. Les fortes chaleurs de cet été vont certainement accentuer le phénomène.

Vue aérienne du glacier Blanc : en rouge, les limites du glacier en 2002 ; en jaune, celles de 2014.
Vue aérienne du glacier Blanc : en rouge, les limites du glacier en 2002 ; en jaune, celles de 2014.

Tous les 10 à 15 ans, une carte précise d’un glacier est réalisée pour en connaître les variations d’épaisseur sur toute la surface. Ce bilan, réalisé à partir d’images aériennes, donne la tendance à long terme du bilan de masse du glacier, c’est-à-dire de son état de santé en réponse aux changements du climat. Pour le glacier Blanc, la dernière mesure datait d’octobre 2002. Elle a été reconduite en septembre 2014 à partir de photographies aériennes réalisées par l’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, ex-Cemagref) pour le Parc des Écrins.

« Si l’on n’observe que peu de changements entre 3800 m et le sommet du glacier au Dôme de neige des Écrins (4015 m), c’est vers 3000 m que le glacier a perdu plus de 10 m d’épaisseur en face du refuge des Écrins, et jusqu’à 20 m dans la chute de sérac en face du refuge du glacier Blanc », explique Emmanuel Thibert, ingénieur de recherche à IRSTEA – ETNA Grenoble. « C’est dans les zones terminales du glacier que les changements sont les plus marqués, là où la surface du glacier a le plus diminué (48 ha en moins, soit 10 % de sa surface initiale) et la langue glaciaire s’est retirée (370 m de recul). »

Au cours des 12 dernières années, le glacier a ainsi perdu en moyenne une lame d’eau de 70 cm chaque année, soit 40% de plus de ce qu’il perdait annuellement entre 1981 et 2002.

Si les précipitations d’hiver qui alimentent en neige le glacier à haute altitude n’ont pas beaucoup changé depuis 30 ans, ce sont surtout les conditions estivales qui expliquent cette accentuation : une fonte plus précoce au printemps, plus tardive en automne et bien plus intense au milieu de l’été.

Les mesures réalisées annuellement par le Parc national des Écrins montrent qu’en 2008, 2013 et 2014 des hivers bien enneigés conjugués à des étés pas trop chauds ont permis au glacier Blanc d’augmenter légèrement son volume. Mais, la tendance à long terme, celle liée à l’évolution du climat, est bien à une diminution du volume du glacier Blanc, comme on peut l’observer pour la quasi-totalité des glaciers de l’arc alpin.

Photo M. Coulon / Parc national des Ecrins

 


+ Sur le même sujet...