Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Produits laitiers

Appel au boycott des produits Lactalis : la FDSEA remporte le bras de fer en référé

28 Août 2015 - 21:29

La FDSEA et l’Union laitière ont remporté leur bras de fer avec le groupe industriel laitier Lactalis. Le juge des référés a en effet rejeté la requête de Lactalis, qui sollicitait le retrait d’un tract des deux syndicats agricoles adressé aux grandes surfaces pour leur demander de retirer de leurs rayons les produits du groupe (Président, Lactel, La Laitière et Bridel). La FDSEA et l’Union laitière dénoncent en effet le non-respect des accords pris en juillet sous l’égide du ministre de l’Agriculture. Lactalis dénonçait un « trouble manifestement illicite en raison de l’entrave ainsi portée à la liberté d’entreprendre et du commerce », en redoutant « l’imminence d’un dommage (…) en raison de l’incitation à la violence et à des déréférencements brutaux ». Me Corinne Pellegrin, conseil de la FDSEA et de l’Union laitière, mettait pour sa part en avant la « liberté syndicale ».

La juge des référés, Isabelle Defarge, présidente du tribunal de grande instance, a estimé qu’il n’y avait pas lieu à référé. « Force est de constater que le texte de ce communiqué ne contient aucune menace directe d’ intervention susceptible de constituer un dommage imminent, ni aucune condition à remplir pour éviter une telle intervention », indique-t-elle dans son ordonnance. « La phrase « A compter du lundi 24 août des producteurs vous rendront visite pour vérifier l’absence de ces produits dans vos rayons » ne saurait à cet égard être qualifiée de menace sous condition, alors que de surcroît, au jour de l’audience, aucun événement susceptible de constituer un quelconque dommage n’a été porté à la connaissance du juge des référés. » La magistrate considère également qu’il n’y avait là aucun « caractère comminatoire », ni « ‘abus de la liberté syndicale constitutif du trouble manifestement illicite allégué ».

« Nous déplorons ces méthodes qui pour nous tiennent de l’intimidation », commente la FDSEA dans un communiqué. « Parce que, sur le fond du problème, de quoi parle-t-on ? Le 24 juillet, les représentants des grandes surfaces ont pris comme engagement de vendre 4 centimes de plus le litre de lait par rapport au prix du marché, de reverser ces 4 cts aux industriels laitiers qui se sont engagés à les reverser aux producteurs, aujourd’hui les premiers touchés par la crise du secteur. Aujourd’hui, tout le monde accepte de tenir ses engagements… sauf Savencia et Lactalis, au prétexte que ces accords ne les engagent en rien puisqu’ils n’étaient que verbaux ! »


+ Sur le même sujet...