Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Vedette Chambon2 Annabelle

Chambon : les Hautes-Alpes vont participer au financement de la navette lacustre

31 Août 2015 - 22:10

[Mis à jour le 2 septembre]
Une nouvelle vedette de type « maritime », plus confortable et plus sûre (cabine, chauffage, 12 places), sera mise en service, ce mercredi 2 septembre, pour assurer les navettes sur le lac du Chambon. Ces navettes lacustres permettent aux habitants de la Haute-Romanche et de l’Oisans de rallier le barrage du Chambon d’un côté et La Grave de l’autre, en raison de la fermeture du tunnel du Chambon, depuis le 10 avril dernier, en raison d’un risque d’effondrement.

Vedette ChambonLe recours à cette nouvelle embarcation, fournie par les Vedettes du Cotentin, représente une dépense de 100.000€ par mois pour le Département de l’Isère. Le président de ce dernier, Jean-Pierre Barbier, a sollicité la participation financière du Département des Hautes-Alpes. « Même si le tunnel est entièrement situé dans l’Isère, ce dispositif bénéficie essentiellement à des Haut-Alpins et nous ne pouvons pas ne pas participer », reconnaît Jean-Marie Bernard, président du conseil départemental. « Nous allons étudier le niveau de notre participation, qui sera arrêté lors de notre session du 22 septembre. »

Le Département de l’Isère a déjà engagé plus de 330.000 € pour le fonctionnement des seules navettes lacustres. Outre son voisin des Hautes-Alpes, le Département de l’Isère sollicite également les Régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes, et l’Etat, « selon les engagements pris en juillet par le Premier ministre lors de sa visite sur site », pour le financement de ce dispositif.

Une période de deux semaines est nécessaire en vue de calibrer le dispositif en fonction du nombre de passagers à transporter quotidiennement. Le préfet de l’Isère signera un arrêté pour autoriser la vitesse de navigation diurne à 25km/h et la vitesse nocturne à 15km/h.

S’agissant des travaux de la piste en rive gauche de la Romanche, ils se poursuivent à raison de 46 heures de travail par semaine, mobilisant 40 ouvriers, samedi inclus. Cet itinéraire de secours devrait être normalement livré fin octobre.

Pour le rétablissement de la RD 1091, sachant que le glissement de terrain au-dessus du tunnel évolue peu et que les experts semblent exclure une chute massive, des reconnaissances sont en cours pour examiner les trois solutions possibles : réparation, dérivation de la fin du tunnel ou viaduc. La décision sera prise début septembre.

Le président du Département des Hautes-Alpes, Jean-Marie Bernard, a indiqué, ce lundi, que l’ouverture du col du Galibier serait assurée le plus longtemps possible. « Mais quand on arrivera à la Toussaint ou au 15 novembre, il ne sera pas possible de faire grand chose », prévient-il. « Il ne faut pas avoir trop d’espoir : il ne sera pas ouvert à Noël! »

Photo Annabelle AUBEUT

 


+ Sur le même sujet...