Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Patinoire de Briançon

Briançon : l’opposition veut baptiser la patinoire Froger-Bayrou, la majorité ne suivra pas

La patinoire de Briançon ne prendra pas le nom d’Alain Bayrou. L’opposition municipale conduite par Romain Gryzka (Les Républicains) a en effet déposé un voeu qui sera examiné lors du conseil municipal du 23 septembre. A quelques jours du quatrième anniversaire de la mort de l’ancien maire de Briançon, des suites d’un accident de voiture, l’opposition estimait qu’il était temps « d’honorer sa mémoire » dans sa ville. Et proposait d’adjoindre son nom à celui de René Froger au fronton de la patinoire, en tenant compte de son engagement pour le hockey sur glace. Mais la municipalité nous a fait savoir qu’elle « refuse de relancer une polémique inutile et de rentrer dans le jeu de la politique spectacle où Romain Gryzka souhaiterait nous mener. Notre ville et ses habitants méritent mieux qu’un débat politicien stérile. »

 

Dans ce voeu, déposé en accord avec la famille d’Alain Bayrou et les dirigeants du club des Diables rouges, l’opposition propose de dénommer la patinoire « Froger-Bayrou », pour honorer la mémoire de celui qui fut maire de Briançon de 1991 à 2001 et de 2004 à 2009, président du Conseil général de 1998 à 2004 et président des Diables rouges durant plusieurs années. « Ce serait une marque de reconnaissance et de respect pour un homme qui aimait profondément sa ville », estime Romain Gryzka. « Il appartiendra aux élus du conseil municipal de Briançon d’approuver ou non cette nouvelle dénomination, mais je ne doute pas un seul instant que la mémoire d’un ancien maire de la ville haute soit honorée, comme cela a pu être fait pour Jean-Yves Dusserre ou Georges Wolinski. »

« Nous n’avons pas à répondre aux injonctions de l’opposition »

Mais la municipalité de Gérard Fromm (PS) ne l’entend pas de cette oreille. « Depuis son arrivée à la mairie en 2009, la nouvelle municipalité a tout fait pour sortir les Diables rouges du giron communal et séparer le sport et la politique, ce n’est pas pour revenir en arrière aujourd’hui ! En effet, l’équipe municipale a mis un terme à la confusion des genres en donnant toute son autonomie à la société sportive, ce qui a contribué au maintien en Ligue Magnus des Diables rouges qui ont ainsi pu remporter quatre titres en quatre ans alors que la relégation semblait pourtant inéluctable en 2009. »

La municipalité souligne aussi que « le nom de René Froger a été donné à la patinoire le 6 septembre 1994 lors de la commémoration du 50e anniversaire de la Libération de Briançon en hommage à un ancien président du club de hockey sur glace de Briançon, mort déporté durant la Seconde Guerre mondiale. Il y a donc une véritable portée historique que nous entendons perpétuer. »

Enfin, la majorité de Gérard Fromm considère, sur la forme, ne pas avoir « à répondre aux injonctions de l’opposition municipale qui, depuis le début du mandat, faute de projet et de vision pour Briançon, mène une politique d’obstruction systématique et s’acharne à entraver les projets de développement de Briançon portés par la majorité. Rebaptiser la patinoire René-Froger est la première proposition formulée par l’opposition municipale en 18 mois de mandat… Il était temps ! »

« Gérard Fromm cherche une porte de sortie pour masquer son sectarisme »

Une position qui irrite Romain Gryzka : « Gérard Fromm cherche avec cette polémique une porte de sortie pour masquer son sectarisme et son refus de donner un jour le nom d’Alain Bayrou à un bâtiment ou un lieu de la ville. Il parle d’un jeu de politique spectacle alors qu’il s’agit simplement d’honorer la mémoire d’un homme qui a tant compté pour l’histoire de notre ville. Il agit une fois encore avec géométrie variable, puisqu’il avait proposé de baptiser le Pont Jean-Yves Dusserre quelques jours après sa disparition, ce que nous avions naturellement voté à l’unanimité avec mon groupe. »


+ Sur le même sujet...