Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Agglo de Gap

L’agglomération du Gapençais sera-t-elle élargie jusqu’à la vallée de l’Avance ?

C’est l’un des points les plus épineux du projet de nouvelle carte intercommunale présenté ce lundi par le préfet : l’élargissement de la communauté d’agglomération du Gapençais fait en effet renaître des débats qui ne sont pas nouveaux. Le projet du préfet de se contenter d’élargir l’actuelle agglomération, qui se limite aux communes de Gap, Pelleautier et La Freissinouse, à la communauté de communes de Tallard-Barcillonnette ne satisfait que peu d’élus. Plusieurs d’entre eux sont intervenus en faveur d’un élargissement à la vallée de l’Avance (CCVA) et au Pays de Serre-Ponçon, ce lundi matin, lors de la réunion de la CDCI (commission départementale de coopération intercommunale). Même si le maire de La Bâtie-Neuve et président de la CCVA, Joël Bonnaffoux, continue de s’opposer fermement à ce mariage, dont la première tentative avait échoué en 2010. A tel point qu’il a quitté la séance, selon un élu du Gapençais.

Roger Didier « refuse le diktat de l’Etat »

Le maire (divers droite) de Gap, Roger Didier, a évoqué trois possibilités : le statu quo, qu’il sait intenable au regard des exigences de la loi Notre (Nouvelle organisation du territoire de la République), l’élargissement aux communes riveraines « qui souhaiteraient nous rejoindre » et « une vision beaucoup plus large en termes d’aménagement et de projets, avec un territoire tel que je le souhaitais il y a cinq ans » (soit la vallée de l’Avance, le Pays de Serre-Ponçon, Tallard-Barcillonnette et les communes de La Roche-des-Arnauds et de Manteyer). Mais M. Didier « refuse le diktat de l’Etat. Le préfet est de passage, un autre lui succédera. Les populations attendent de nous des positions responsables. Il faut arriver à faire des économies d’échelle et éviter les usines à gaz. »

Pour le président de la communauté d’agglomération du Gapençais, « quand on parle de bassin d’emploi et de vie, on ne peut pas exclure La Bâtie-Neuve et même Chorges. Les interactions sont évidentes. Il faut arrêter de dire que le projet de communauté de communes de l’Avance est cohérent! Il faut arrêter la politique des petits pas, celle qu’on nous a reprochée pendant des mois! Les collectivités sont en permanence en train de se restructurer, de perdre leur temps en réunions à cause de ces changements successifs. Il faut penser à long terme. »

En proposant un élargissement de l’agglomération à Tallard-Barcillonnette et à l’Avance, Roger Didier assure avoir « une vision réaliste. D’un point de vue de bassin de vie, on est dans le vrai. Et il faut passer outre certaines considérations bassement politiciennes. »

Une fois n’est pas coutume, Bernard Jaussaud, vice-président (PS) de la Région, est proche de l’analyse du maire de Gap : « Ma position est la même depuis des années. L’agglomération doit avoir un territoire large et au minimum inclure la vallée de l’Avance. C’est en tout cas mon sentiment, même si je n’ignore pas qu’il y a toutes sortes de contingences et de calculs politiques dans cette affaire, que je ne minimise pas. »

Une seule intercommunalité à l’échelle du département?

De son côté, Jean-Michel Arnaud, maire (Les Républicains) de Tallard et président de la communauté de communes de Tallard-Barcillonnette, n’est « pas opposé à l’idée d’un espace plus large. Il faut regarder les conséquences fiscales, budgétaires et les compétences. Je ne souhaite pas rouvrir la guerre de tranchées, mais qu’on essaie de se rassembler dans l’intérêt de nos populations. » Pour autant, M. Arnaud relève que la décision finale reviendra au préfet : « Qu’on ne nous demande pas de cautionner des choix qui ne sont pas les nôtres. A chacun de prendre ses responsabilités. » Le maire de Tallard a d’ailleurs provoqué quelques sourires à la CDCI en suggérant « d’avoir une seule agglomération pour les Hautes-Alpes. Si on est cohérent jusqu’au bout, c’est la bonne solution pour une bonne gouvernance et pour éviter la stratégie de court terme. J’ai fait sourire mais il y a peut-être un sujet autour de cela. Après tout, le département représente dix fois moins de population que la future métropole de Marseille! »

Chorges souhaite se tourner vers le lac, tout en en étudiant « la faisabilité »

Le maire de Chorges, Christian Durand, qui n’a pas pu participer à la CDCI à la suite d’un accident, souligne pour sa part être avant tout « motivé par un projet touristique autour du lac de Serre-Ponçon. Nous travaillons sur la faisabilité du projet, puisque cela pose un certain nombre de problèmes fiscaux et juridiques, notamment avec le Scot (schéma de cohérence territoriale), puisque nous quitterions celui de l’aire gapençaise. » Quant à un éventuel rattachement de l’Avance à l’agglomération de Gap, il préfère ne pas se prononcer : « Cela dépendra de la volonté des communes. C’est sûr que celles qui sont très proches de Gap sont davantage attirées. Nous avions travaillé pour un rapprochement avec Gap il y a quelques années, mais le projet avait échoué. » Aujourd’hui, l’avenir intercommunal de Chorges semble résolument tourné vers le lac.

Photo satellite Google

 


+ Sur le même sujet...