Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Travaux RTE Embrun

Lignes à haute tension : déjà près de 4 M€ de retombées locales selon la CCI

17 Oct 2015 - 19:43

Depuis le lancement du chantier Haute-Durance par RTE (Réseau de transport d’électricité), fin 2013, 3.957.291 euros ont été dépensés dans le département, selon le réseau HDI (Haute Durance initiative), créé à l’initiative de la CCI. « L’objectif des 5 millions d’euros au profit des entreprises locales sera effectivement tenu, voire dépassé, dès le dernier trimestre de l’année 2015 », indique HDI dans un communiqué. Ce point a été fait ce mercredi, lors de la réunion trimestrielle de HDI à la CCI.

Selon les chiffres fournis par HDI, 910.384 euros ont été injectés dans les Hautes-Alpes au troisième trimestre 2015, soit un net ralentissement par rapport au deuxième trimestre (1,7 M€). « Cela s’explique par la période estivale et les congés des entreprises de travaux publics », précise HDI. « Un arrêt momentané des chantiers a effectivement été constaté. » Actuellement, dix-huit chantiers sont en cours sur l’ensemble du projet.

La sous-traitance au bénéfice d’entreprises haut-alpines représente 285.602 euros. Les achats locaux de fournitures ont atteint 624.782 euros. 42 équivalents temps plein ont pu être crées ou pérennisés sur le département pour ce 3ème trimestre 2015 du fait de ce chantier.

Selon RTE, des travaux importants seront effectués sur le dernier trimestre, et « permettront d’atteindre l’objectif 2015 escompté des 5 millions d’euros au profit des entreprises du territoire ». Sur 2016-2018, les travaux connaîtront un pic qui devrait générer 35 M€ de retombées d’ici fin 2021, sur un investissement total de 230 M€ (soit 15,2%).

Une plainte contre le projet de RTE auprès de la Commission européenne

Après les trois recours contre le projet de RTE engagés devant les tribunaux français par Avenir Haute Durance (AHD), avec le soutien de plusieurs communes concernées, l’association a également déposé une plainte de 118 pages devant la Commission européenne. AHD dénonce des « infractions de l’État français en matière de droit européen » dans l’autorisation de ce projet, qui contreviendrait selon elle aux directives européennes sur l’eau, l’environnement et la préservation des paysages, la politique énergétique, l’utilisation des fonds européens… L’association dénonce également des insuffisances dans le dossier d’enquête publique et l’inexactitude de l’étude d’impact.

Le mois dernier, environ 500 personnes ont manifesté à Saint-Crépin contre le projet.


+ Sur le même sujet...