Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Candidats régionales

Régionales : les trois principales têtes de listes invitées à répondre aux attentes des CCI

Les trois principales têtes de listes aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, FN inclus, sont invitées à répondre à l’interpellation des CCI de la région, qui ont lancé leur Livre blanc. Christophe Castaner (PS), Christian Estrosi (Les Républicains) et Marion Maréchal-Le Pen (FN) seront invités à répondre à quatorze points, le jeudi 29 octobre, à 16h45, au Palais de la Bourse à Marseille. Cette réunion se déroulera en présence de nombreux chefs d’entreprise de la région.

Les CCI provençales souhaitent connaître de quelle manière le futur président de Région pense associer, de façon structurée et concrète, le monde de l’entreprise et ses porte-voix -dont les CCI- à la stratégie de développement économique. Les questionnements portent aussi sur la mobilité et l’accessibilité, la formation et l’apprentissage, l’internationalisation et l’innovation, les grands projets, le tourisme, les Métropoles ou le nom de la Région… « Des questions clefs pour relever ensemble trois défis majeurs : accompagner les entreprises de la région sur la voie de la nouvelle « transition économique », former les hommes et construire le territoire de demain », indique la CCI de région.

La liste « La Région coopérative » (Europe Ecologie-Les Verts / Front de gauche) a d’ores-et-déjà dénoncé le fait d’être écartée de ce débat. Dans sa présentation, la CCI de région précise qu’elle a invité les trois candidats en tête dans les sondages…

Voici les quatorze interrogations du Livre blanc des CCI :

  1. Le développement économique figure parmi les compétences renforcées de la Région à l’occasion de la réorganisation territoriale. Que comptez-vous faire pour associer de façon plus structurée et concrète le monde économique, à commencer par les CCI, à l’élaboration de la stratégie économique ?
  2. La Région porte quelques grands projets structurants (Projet Henri-Fabre, Marseille Immunopôle, EcoVallée, Grand Projet Rade, Technopole Aéronautique Pégase…) mais qui n’ont pas encore abouti : quelles mesures immédiates comptez-vous prendre pour les accélérer ?
  3. Quelles réponses comptez-vous apporter aux problématiques cruciales en matière d’accessibilité et de mobilité, notamment pour nos territoires de montagne, et nos vallées les plus reculées de la région ? Est-ce que la ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur reste aussi une priorité ?
  4. Pour vous, la transition énergétique, cela prendra quelle forme ?
  5. La région est classée première destination touristique de France. Comment garder et accroître cette position face à la nouvelle concurrence des grandes régions ?
  6. Quelle est votre stratégie pour le développement de l’apprentissage et quel rôle accorderez-vous sur ce plan aux CCI ?
  7. La Région devra partager les compétences économiques avec ses deux grandes Métropoles. Dans la répartition des rôles, est-ce aux Métropoles de décider de leur propre destin en concertation avec la Région ? Ou est-ce à la Région de dessiner les grands axes dans lesquels les Métropoles seront invitées à écrire leur destin ?
  8. A périmètre constant, la région se retrouve plus petite que ses homologues. Pour compenser cet apparent handicap, comment envisagez-vous la coopération avec ses voisines : vers Rhône-Alpes ? vers Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon ? vers l’Espagne ? vers l’Italie ?
  9. Ne pensez-vous pas qu’une clarification des rôles et des missions entre les opérateurs clefs en charge de l’internationalisation des entreprises s’impose pour accroître le business de celles déjà positionnées, tout en augmentant la part de celles qui devraient l’être ?
  10. Quelle est votre vision d’une diplomatie économique régionale : la concevez-vous avec plus d’autonomie par rapport à l’État ? A l’échelon international et notamment de part et d’autres des deux rives de la Méditerranée ?
  11. Est-ce que vous allez porter une stratégie de marketing territorial et dans ce cadre, considérez-vous que le nom de PACA est un handicap ?
  12. La crise économique a révélé des secteurs en difficulté – microélectronique, raffinerie/chimie/ plasturgie et métallurgie/sidérurgie – qui pèsent en termes d’emplois et pour lesquels il est urgent de penser à leur mutation. Que comptez-vous faire pour leur assurer un redéploiement ?
  13. La région compte aussi des filières d’excellence (aéronautique, numérique, maritime, transport et logistique, énergie, santé et tourisme) avec des leadership déjà prononcés sur certains territoires à l’instar de Sophia Antipolis, ou des doublons sur certains pôles de compétences. À cet égard, comment concevez-vous le rôle de la Région : arbitre, fédérateur, juge de paix…
  14. Face à la raréfaction des ressources budgétaires des acteurs publics, n’est-il pas temps de changer de modèle et de bâtir une véritable alliance sur tous les champs de l’économie entre la Région et les CCI ?


+ Sur le même sujet...