Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
loup Arvieux

L’association Ferus dénonce l’abattage de 51 loups en France depuis 2004

20 Oct 2015 - 12:36

Jeudi dernier, un louveteau a été abattu à Bayons, près de La Motte-du-Caire (Alpes-de-Haute-Provence). Et, ce week-end, quatre loups ont été abattus, deux en Savoie et deux dans les Alpes-Maritimes. Au total, douze loups ont été prélevés sur les 36 autorisés pour 2015-2016, dont trois dans les Alpes-de-Haute-Provence et deux dans les Hautes-Alpes (l’un, touché par un tir de chasseur, étant présumé tué par l’Etat). Selon l’association Ferus, 51 loups ont ainsi été tués depuis que l’Etat français autorise ces tirs, en 2004.

« On n’est pas loin du carnage… », dénonce Ferus. « Pourtant, le loup est une espèce protégée en France dont les effectifs sont en baisse et les autorisations d’abattage en hausse. Où est la protection des troupeaux quand ceux-ci ne sont pas plus en alpage pour certains secteurs ou lorsque l’on sait que la destruction d’individus dominants déstructurent les meutes et peuvent augmenter de ce fait les dommages aux troupeaux domestiques ? Où est l’achat de la paix sociale qu’on nous vante depuis des années alors que plus les loups tués augmentent, plus la hargne de certains éleveurs s’élève (séquestration dans la Vanoise, menace de blocage de la ville de Gap et préfecture murée etc.) ? Comment peut-on encore laisser la gestion d’une espèce protégée à des milliers de chasseurs, sans aucun contrôle sur le terrain par des agents assermentés, vu les bavures qui se multiplient ? »

Pour Ferus, « la biodiversité est en berne en France. C’est donc là le signal que la France envoie à deux mois de la COP 21, une conférence axée sur le climat certes mais qui englobe de manière générale la dimension de la protection de la nature toute entière ? »

Dans une interview accordée au Chasseur Français, à paraître ce mercredi, le président de la République, François Hollande, confirme son approbation de la régulation de la population de loups : « Chaque année, il sera décidé du nombre de loups à abattre en fonction de l’évaluation des risques et de la croissance de la population de loups. »


+ Sur le même sujet...