Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le train de nuit Paris-Briançon.Le train de nuit Paris-Briançon.

Train de nuit : le gouvernement n’apporte aucune réponse sur les trains supplémentaires

Après les conclusions de la commission Duron sur les trains d’équilibre du territoire (TET), relevant qu’il n’existe pas aujourd’hui d’offre de remplacement performante au train de nuit Paris-Briançon, le gouvernement avait annoncé le maintien de la ligne. Interrogé ce mardi à la Haute assemblée par la sénatrice Patricia Morhet-Richaud, le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, a confirmé le maintien de cette desserte, par la voix de Pascale Boistard, secrétaire d’État aux Droits des femmes.

La question de Mme Morhet-Richaud portait cependant sur une autre inquiétude : « Une seule desserte quotidienne pour le train de nuit est largement insuffisante, a-t-elle souligné devant le Sénat. En effet, de nombreuses stations de sports d’hiver sont concernées. Il est donc impératif de garantir la circulation de trains supplémentaires, en adéquation avec le calendrier des vacances scolaires, et de faire preuve d’une vigilance particulière sur des périodes telles que les vacances de fin d’année ou celles d’hiver, où les aléas climatiques viennent compliquer les conditions de déplacement. »

En l’absence de M. Vidalies, Mme Boistard a rappelé que la fréquentation des TET « a globalement diminué de 25% depuis 2011. Le modèle économique actuel du service est à bout de souffle. Le déficit des lignes de nuit représente 25% du déficit de l’ensemble des lignes d’équilibre du territoire, ou TET, alors qu’elles ne représentent que 3% des voyages. » Quant à la ligne Paris-Briançon, elle revêt « un rôle essentiel d’aménagement du territoire », a déclaré la ministre. « C’est la raison pour laquelle la feuille de route confirme que la ligne sera maintenue dans le cadre de la prochaine convention entre l’État et SNCF Mobilités. » De même, comme nous l’avons déjà annoncé, des locomotives thermiques récentes seront mise en service à partir de 2016 entre Valence et Briançon pour « assurer une meilleure fiabilité à cette desserte ».

S’agissant des trains supplémentaires, indispensables à l’économie touristique haut-alpine, la représentante du gouvernement n’en a soufflé mot : « Mon collègue a confié au préfet François Philizot la mission de conduire une large concertation avec les régions et les acteurs territoriaux, afin d’examiner les éventuelles évolutions d’offre et de gouvernance de ces trains, à partir des conclusions de la commission, a-t-elle simplement rappelé. La mission se poursuivra avec les nouveaux élus régionaux, afin de proposer des conclusions d’ici au mois de mai 2016. »

« Votre réponse ne me rassure que partiellement », a commenté Mme Morhet-Richaud.


+ Sur le même sujet...