Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Vallouise

Vallouise : il tente de tuer sa mère à coups de couteau pendant son sommeil

25 Oct 2015 - 21:28

Les faits sont pour l’heure inexpliqués. Ce vendredi soir, un Marseillais de 39 ans a tenté de tuer sa mère en lui portant des coups de couteau alors qu’elle était endormie dans un appartement que la famille possède à Vallouise. Selon ses propres explications, l’auteur présumé aurait voulu se suicider et emporter sa mère avec lui. Sauf qu’il n’est pas arrivé à mettre fin à ses jours, expliquant ainsi avoir décidé de prévenir les secours pour sauver sa mère. Le pronostic vital de cette dernière, âgée de 59 ans, est cependant encore réservé, ce dimanche. Quant au fils, il a été mis en examen pour tentative d’homicide par un juge du pôle criminel de Grenoble et écroué à la maison d’arrêt de Varces (Isère).

Ce vendredi soir, vers 22h, les sapeurs-pompiers reçoivent un appel de la part de l’auteur présumé, qui déclaré avoir tenté de tuer sa mère. Celle-ci a été évacuée par les sapeurs-pompiers vers l’hôpital de Briançon, où elle a subi une intervention chirurgicale en urgence. Elle a reçu au moins deux coups de couteau, au cou et au thorax.

Placé en garde à vue par les gendarmes de la brigade de recherches de Briançon et de la brigade de L’Argentière-la-Bessée, le suspect a reconnu avoir poignardé sa mère dans cette résidence secondaire, où ils étaient venus passer le week-end. Il habite avec ses parents à Marseille, où se trouvait d’ailleurs son père lors des faits.

En dehors de ses propres explications sur une tentative de suicide dans laquelle il aurait voulu emporter sa mère, le suspect n’a pas pu fournir d’éléments pouvant permettre de comprendre son geste. Il n’a aucun antécédent judiciaire. Célibataire et titulaire d’un emploi stable depuis de nombreuses années, il n’était pas alcoolisé et affirme n’avoir pris aucun médicament ni produit stupéfiant avant d’agir. Des examens sanguins sont cependant en cours d’analyse pour confirmer ses dires. Quant à son père, il a indiqué qu’il ne lui connaissait aucun antécédent psychiatrique et n’a pas compris ce geste fou.

Au regard de la nature des faits, le parquet de Gap s’est dessaisi au profit du pôle criminel de Grenoble. Mis en examen du chef de tentative d’homicide volontaire sur un ascendant, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité, indique le procureur de la République de Gap, Raphaël Balland.