Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
épicerie des Lys (3)

Châteauroux-les-Alpes : la recette gagnante de Carole de l’épicerie des Lys

3 Nov 2015 - 21:46

La proximité, c’est un choix, c’est VOTRE choix. C’est le message que la fédération départementale des associations de commerçants et d’artisans et la CCI des Hautes-Alpes ont choisi de vous faire passer. Pourquoi choisir d’acheter local, chez les commerçants de votre commune, de votre département ? Il y a au moins dix bonnes raisons : acheter local, c’est protéger notre économie, une garantie de fraîcheur, de vivre en harmonie, la compétence à portée de main, de vivre des relations au quotidien, de faire vivre l’économie locale, un service, de faire vivre le terroir, de faire vivre l’écologie, un gain de temps. Des commerçants se battent pour faire vivre l’économie locale. Jusqu’à la fin de l’année, nous vous proposons de découvrir comment.

Le sens du commerce, Carole Queré l’a assurément ! Et elle sait ce qu’est la capacité d’adaptation et la polyvalence. Ce sont même ses marques de fabrique. Pour elle, l’aventure commence le 1er mai 2009 avec le rachat de l’épicerie de Châteauroux-les-Alpes, après avoir été assistante maternelle. Grâce aux habitants du village et aux résidents secondaires, « la boule de neige a grossi rapidement », avoue-t-elle.
Mais, en 2014, la boulangerie du village ferme. « Il fallait que je récupère le pain, je ne pouvais plus travailler seule, le magasin était étriqué, la réserve était de l’autre côté de la route… Ca a été l’élément déclencheur. La boulangerie a fermé le 10 février, le lendemain, j’appelais les propriétaires d’une maison de la place du village où se trouvait un vieux garage désaffecté. »

Moins de cinq mois plus tard, après d’importants travaux de rénovation de ce local voûté, « l’épicerie des Lys » ouvrait. « J’ai ouvert tous les jours et j’ai embauché une employée qui a vraiment la fibre du commerce. Le commerce de proximité, ça tient aussi à ça ! »

La qualité des produits est une autre priorité. « J’essaie de travailler avec les locaux et de couper les circuits, explique Carole Queré. Je vends de la viande de la SAB (Société alpine de boucherie), la fromagerie de Château-Queyras « Les alpages de Fontantie », de la charcuterie d’un producteur local, les fromages de chèvre et de brebis d’un éleveur de Puy-Sanières, les œufs d’un producteur d’Eygliers, les légumes,la farine, le jus de fruits bio et le miel de Châteauroux, les pommes de Théus, le chocolat de Savines-le-Lac, les vins des Hautes-Alpes aussi… Il y a beaucoup de fournisseurs du coup, et ça fait pas mal de travail de comptabilité ! Je refuse d’être franchisée pour garder cette liberté de choix et vraiment miser sur la qualité. »

Pas à n’importe quel prix pour autant. « Je travaille au maximum avec des produits des Hautes-Alpes, mais c’est parfois difficile par rapport au prix », souligne l’épicière. « Il est indispensable d’être abordable. Même s’il ne faut pas se caler sur les supermarchés, car on n’arrivera pas à faire moins cher. Il faut vraiment offrir du service. »

L’épicerie se transforme en café le jour de fermeture du bar voisin

Le mercredi, jour de fermeture du bar du village, elle installe ainsi un petit coin café au milieu de son commerce ! Et, l’été venu, elle met en place une rôtissoire pour faire cuire des poulets et vend aussi des tourtons. « Dans un village comme Châteauroux, vous fonctionnez grâce à un noyau de clients. Dès que vous perdez pied, vous pouvez descendre très vite ! » La commerçante s’implique ainsi dans les animations organisées par les associations : « L’autre jour, j’ai fait manger les petits de la crèche sur la terrasse. C’est important de soutenir les associations et les structures collectives du village. J’ai un client qui m’a dit que j’étais d’utilité publique ! »

Cette relation étroite avec sa clientèle d’habitués, Carole Queré, qui n’a aucun mal à engager la conversation, l’entretient aussi avec les touristes : « Ils me demandent des conseils pour leurs sorties. Des fois, je prête mes raquettes à neige à quelqu’un qui n’en a pas. On discute beaucoup, ils me montrent leurs photos. C’est drôle cette relation. Ils m’envoient même des cartes postales ! »

Dernière recette du succès : la disponibilité. L’épicerie des Lys est ouverte tous les jours de 8h30 à 12h30 (dès 7h le mercredi, jour de fermeture du bar voisin) et de 16h30 à 19h30 (fermeture le dimanche et le lundi après-midi).


+ Sur le même sujet...