Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Amaury Navarranne Marion Maréchal-Le Pen

Gap : Marion Maréchal-Le Pen, entre « patriotisme économique » et soutien aux TPE

Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste FN aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, était de passage à Gap, ce mercredi, pour évoquer son programme, en particulier économique, devant la presse, puis devant des chefs d’entreprise, réunis par Jean Provensal, président de Gap foire-expo.

Mme Maréchal-Le Pen l’avait déjà largement développé lors de la réunion publique organisée à Marseille par la CCI de région. A Gap, elle a insisté sur quelques points plus spécifiques : la création d’un comité régional du tourisme pour les Alpes du Sud ; « faire monter le tourisme sport nature » ; « développer l’accueil de touristes étrangers » ; « achever l’A51, qui est beaucoup plus utile que la ligne à grande vitesse (entre Marseille et Nice) que nous abandonnerons »… Déplorant que « moins de 1% des entreprises de Provence-Alpes-Côte d’Azur soient soutenues par la Région », Marion Maréchal-Le Pen souhaite augmenter l’aide aux TPE et aux PME-PMI, y compris en créant une cellule destinée à aider les chefs d’entreprise à remplir les dossiers de demandes de financement. Et développer le « patriotisme économique », en utilisant les clauses environnementales et sociales dans les marchés publics pour favoriser les entreprises locales, par exemple pour les 15 millions de repas servis chaque année aux lycéens de la région.

« Nous n’avons pas pour ambition de baisser le budget de la culture »

La tête de liste Front national a aussi évoqué la culture : « Contrairement à ce qu’on a pu entendre, nous n’avons pas pour ambition de baisser le budget de la culture », a-t-elle déclaré. « En revanche, nous souhaitons une culture populaire pour mettre en valeur notre patrimoine et être un vecteur de développement du tourisme notamment étranger. »

Quid du théâtre La Passerelle, scène nationale, ou des nombreux festivals de la région ? Elue présidente de la Région, Mme Maréchal-Le Pen réserverait-elle des aides de la Région aux seuls organisateurs de festivités populaires ? « On ne va pas regarder le détail de la programmation, se faire juges ou inquisiteurs, ou remettre en cause des festivals qui marchent, y compris celui d’Avignon, dont le directeur n’est pas franchement un soutien pour nous », a assuré la tête de liste régionale. « En revanche, oui, j’ai dit ce que je pensais d’une exposition à Marseille, qu’on ne pouvait que qualifier de pédopornographique. Il ne m’apparaît pas concevable de financer cela avec l’argent public. »

Amaury Navarranne, tête de liste FN dans les Hautes-Alpes, a ajouté qu’il n’y avait certes pas « que la culture populaire, mais qu’il était important de la soutenir. Il y a des foires qui ont du succès et qui ne sont pas soutenues, des spectacles folkloriques… Pour autant, nous n’avons pas la volonté de sabrer toutes les subventions. » Marion Maréchal-Le Pen a aussi eu un mot pour le Frac (Fonds régional d’art contemporain) : « Il finance en grande partie des artistes étrangers, voire des galeries parisiennes. Il doit être en priorité réservé à des artistes qui résident en Provence. »


+ Sur le même sujet...