Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
viabilité hivernale

Hautes-Alpes : la viabilité hivernale sur les routes est déjà enclenchée

Malgré « l’été de la saint Martin », la viabilité hivernale a déjà été enclenchée à la DirMed et le sera d’ici la fin de la semaine à la direction des routes du conseil départemental et chez Vinci autoroutes qui exploite l’A51. Tous trois ont présenté leur plan d’attaque pour faire face aux tant espérées chutes de neige.

Sur les routes départementales

  • Coût du déneigement lors d’un hiver « normal » : entre 4,5 et 5 millions d’euros, dont 70.000€ pour les cols et 355.000€ pour 5.000 tonnes de sel
  • Réseau : 2.000 km de routes
  • Moyens humains : 265 agents
  • Moyens logistiques : 83 engins (41 chasse-neige, 28 unités mixtes, 1 fraise, 1 chargeur, 12 saleuses/sableuses), 30 panneaux à messages variables, 60 caméras, 3 agences (Gap, Briançon, Laragne) qui chapeautent 9 maisons techniques
  • Pour réduire l’impact sur l’environnement : du matériel renouvelé, le raclage privilégié par rapport au salage, une circulation sur route blanche et pas forcément noire, les gravillons et pouzzolane (roche volcanique) préférés au sel, des intervenants formés
  • Des interventions priorisées entre 6h et 20h et en fonction de la fréquentation de l’axe ; des patrouilles quotidiennes
  • Une attention spécifique cet hiver au col du Lautaret avec la fermeture du tunnel du Chambon
  • S’informer : sur le site internet (www.inforoute05.fr), sur les panneaux à messages variables, sur GPS

Sur les routes nationales

  • Réseau : 150 kilomètres (RN 85 et 94)
  • Moyens logistiques : 3 centres d’entretien et d’exploitation et 4 centres secondaires, 10 camions avec lames et saleuses, 4 chasse-neige, 1 fraise dans le département et la possibilité de mobiliser 14 camions supplémentaires en cas de besoin
  • Interventions entre 6h et 21h et plus exceptionnellement la nuit pour rendre le réseau praticable : en 3h après avoir pris connaissance du verglas, en 4h sur les portions sud des RN et en 6h sur les portions nord après la fin des chutes de neige. Patrouilles et astreinte quotidiennes
  • Traitement pré-curatif avec épandage de sel et curatif avec salage en cas de verglas et raclage en cas de neige
  • Techniques pour minimiser les rejets de sel dans l’environnement
  • Possibilité de prendre des mesures de gestion du trafic, en interdisant le passage des poids-lourds dans les cols Bayard, Montgenèvre, et les rampes de L’Argentière et du Motty
  • S’informer : sur la boîte vocale (04 92 24 44 44), le site internet (www.inforoute-dir-mediterrannee.fr), les panneaux à messages variables

Sur l’A51

  • Réseau : 130 km entre La Saulce et Aix-en-Provence
  • Moyens logistiques : 1 centre d’exploitation à Peyruis, 2 points d’appui à La Saulce et Meyrargues, 14 stations de comptage de trafic, 38 caméras, 8 stations météo, 14 panneaux à messages variables, 1.800 tonnes de sel et 100.000 litres de saumure
  • Moyens humains : 30 personnes pour la viabilité, 14 pour la sécurité/patrouille, un système d’astreinte
  • 10 rotations pré-curatives et 10 rotations curatives
  • S’informer : sur radio autoroute 107.7, sur le site et l’application de Vinci autoroutes (www.vinci-autoroutes.com)

Conseils aux conducteurs

  • Etre bien équipé (pneus neige et chaînes) l’hiver. « Il faudrait légiférer pour rendre les pneus neige obligatoires du 15 novembre au 15 mars », estime le vice-président du conseil départemental en charge des routes, Marcel Cannat, soucieux de ne pas revivre une journée comme le 27 décembre 2014. Car, bien souvent, les encombrements sur les routes en cas d’épisodes neigeux sont causés par des conducteurs, en particulier des vacanciers, non équipés
  • Etre maître de sa vitesse en fonction des conditions de circulation
  • S’informer avant de prendre la route
  • Ne pas dépasser les engins de déneigement


+ Sur le même sujet...