Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
L'Adret va accueillir les services administratifs de la Ville de Gap et de l'agglomération.L'Adret va accueillir les services administratifs de la Ville de Gap et de l'agglomération.

Ce que la Ville de Gap va faire de l’Adret, rebaptisé « site des 3 fontaines »

Les actes de vente ont été signés, ce mardi, par le maire, Roger Didier, et le directeur du Chicas, Yann Le Bras, en présence d'un notaire.
Les actes de vente ont été signés, ce mardi, par le maire, Roger Didier, et le directeur du Chicas, Yann Le Bras, en présence d’un notaire.

Depuis ce mardi midi, la Ville de Gap est le nouveau propriétaire du site de l’Adret. Les actes de vente ont été signés entre la Ville, le CCAS (Centre communal d’action sociale) et le Chicas (Centre hospitalier intercommunal des Alpes du Sud), propriétaire des lieux depuis 1983, pour un montant global de 3,2 millions d’euros. Environ 1 M€ ont également été budgétés pour les travaux d’embellissement de l’Adret 2 (qui devraient se révéler moins coûteux, selon le maire). Le site, qui sera rebaptisé « Les trois fontaines », en référence à celles qui ont été créées il y a plusieurs années au rond-point de l’Adret, est destiné à abriter un Ehpad (établissement d’hébergement de personnes âgées dépendantes) de 73 places, une crèche de 20 à 30 places, un parc public et une salle polyvalente. En revanche, le maire de Gap, Roger Didier, assure que la décision n’a pas été arrêtée quant à l’utilisation qui sera faite de l’ancien petit séminaire, en dehors de l’accueil de la crèche : « Ce sera soit du logement social, soit un bâtiment à vocation administrative », indique-t-il, sans davantage de précisions.

L’ancienne maison de retraite du Chicas va accueillir des résidants de Bellevue et de Saint-Mens

Le CCAS est l’acquéreur du bâtiment de l’Adret 2, qui abritait l’Ehpad du Chicas. Ce bâtiment va redevenir un Ehpad de 73 places et accueillera une partie des résidants du foyer Bellevue et de l’Ehpad Saint-Mens « dès le mois de mai 2016, je l’espère », précise le maire. L’avancée, c’est que l’établissement pourra accueillir des résidants souffrant de la maladie d’Alzheimer. « Il existe une zone sécurisée, existante, de 16 places et nous aurons un pôle d’activités et de soins adaptés (Pasa) au sein même de l’établissement, où ils pourront être 14 et ils ils pourront cuisiner et avoir des activités », explique M. Didier. « Nous progressons en termes d’accueil et de panel. »

L'Adret 2 va accueillir 73 résidants du foyer Bellevue et de l'Ehpad Saint-Mens.
L’Adret 2 va accueillir 73 résidants du foyer Bellevue et de l’Ehpad Saint-Mens.

En revanche, deux problèmes se posent : un déplacement forcé pour 73 résidants de Bellevue, dont le foyer va fermer, et de Saint-Mens, et la perte de 27 places d’Ehpad à Gap.

Pour le premier point, « on peut parler de cas de force majeure », considère le maire de Gap. « Nous ne pouvons plus laisser les résidants au foyer Bellevue. Il était devenu en totale non-conformité. Nous sommes en dérogation depuis plusieurs années et pour l’accessibilité, et pour la sécurité. J’ai conscience que c’est un peu traumatisant pour des personnes qui sont là depuis de longues années. Il faut penser à l’accompagnement et à l’encadrement. Ils peuvent avoir des rendez-vous avec la directrice, et notre psychologue est aussi au travail. Nous mettons tout en place pour que le transfert ne soit pas long en mobilisant les moyens nécessaires. Et tous les résidants pourront être transférés, puisque, malheureusement, un certain nombre ont disparu et qu’ils n’ont pas été remplacés dans la perspective de ce déménagement. »

Pour le second point, « j’ai demandé au directeur général de l’ARS (Agence régionale de la santé) que ces 27 places restent dans le département. Je suis en négociation avec une structure du bassin gapençais, désireuse de s’agrandir. Mais je reste prudent pour le moment. » Roger Didier rappelle aussi que le déménagement du pôle gériatrique du Chicas vers le site Muret s’était traduit par la perte de 28 places de gérontologie : elles avaient été en partie transférées à Bonnedonne, à Saint-Jean-Saint-Nicolas.

Une crèche au rez-de-chaussée de l’ancien séminaire

La future crèche sera aménagée à la place de l'ancien service d'autodialyse, au rez-de-chaussée de l'aile gauche du séminaire.
La future crèche sera aménagée à la place de l’ancien service d’autodialyse, au rez-de-chaussée de l’aile gauche du séminaire.

S’agissant de l’ancien petit séminaire, qui est acquis par la Ville de Gap, seule la destination de l’ancien service d’autodialyse est fixée : c’est une crèche « de 20 à 30 berceaux » qui va y être installée. « Le cahier des charges pour une gestion associative, mutualiste ou privée de cette crèche sera publié dans les prochains jours », annonce le maire. « Ce sera la fameuse crèche interinstitutionnelle dont nous parlons depuis longtemps, mais qui sera aussi généraliste. » Quant au reste du bâtiment, le débat demeure ouvert pour son utilisation future par la commune : logement social ou bâtiment administratif.

L'ancienne chapelle de l'Adret, désacralisée, sera transformée en salle polyvalente.
L’ancienne chapelle, désacralisée, sera transformée en salle polyvalente.

Une salle polyvalente dans l’ancienne chapelle

L’ancienne chapelle du petit séminaire, qui a été désacralisée, sera quant à elle transformée en salle polyvalente. D’une surface de 250 m², « ce sera un élément important pour nos associations notamment et pour créer un lieu d’animation dans un secteur en plein développement démographique ».

Un parc public auquel les Gapençais accéderont par l’ancien portail

L'ancien portail des Pères blancs.
L’ancien portail des Pères blancs.

En rachetant ce bien à l’hôpital, la Ville de Gap devient également propriétaire d’un foncier de 9000 à 10.000 m². « Ce sera un élément supplémentaire pour des moments de convivialité, d’activités sportives, un lieu de respiration supplémentaire pour les Gapençais », se réjouit le maire. Le parc des trois fontaines « sera entretenu et nous remettrons en service le bel accès par le portail des Pères blancs, dont se souviennent les vieux Gapençais ».

Quel avenir pour le foyer Bellevue ?

En mai prochain, selon le calendrier prévu, le foyer Bellevue verra partir ses derniers résidants et fermera ses portes. Il pourrait « retrouver, au moins sur une partie, une activité sous la forme d’une résidence séniors, en accueillant des personnes âgées non dépendantes mais qui souhaitent bénéficier de menus services », indique M. Didier, qui est également président de l’OPH 05 (office public HLM), propriétaire du bâtiment. « Nous aurions ainsi un parcours entre Bellevue, Saint-Mens et les Trois fontaines, en fonction de l’évolution de la dépendance. » Le foyer pourrait également héberger des jeunes en formation par alternance au campus de Gap du CFA régional, voire des joueurs des Rapaces de Gap. « Nous sommes en discussion avec la chambre de métiers et de l’artisanat, et avec le club de hockey », précise le maire. Les logements seraient loués par l’OPH 05 à ces différents occupants.

Une opération de « valorisation du patrimoine » pour le Chicas

Yann Le Bras remet les clés de l'Adret au maire de Gap : une page se tourne au bout de 32 ans.
Yann Le Bras remet les clés de l’Adret au maire de Gap : une page se tourne au bout de 32 ans.

Pour le Chicas, « c’est une page qui se tourne définitivement mais qui s’était déjà tournée avec le déménagement des patients et des services vers le site Muret », relève le directeur, Yann Le Bras. « Les hospitaliers ont un pincement au coeur, mais nous sommes évidemment heureux de la vocation de ces bâtiments au-delà de la vente. Cela participe à la valorisation du patrimoine du Chicas et au financement de la restructuration du site Muret, qui va bientôt s’achever et qui représente un investissement de 112 M€. » M. Le Bras annonce par ailleurs qu’une exposition sur l’histoire de l’Adret et sur le déménagement sera organisée prochainement dans le hall de l’hôpital. « Certains clichés seront ensuite installés de manière permanente en gériatrie. »


+ Sur le même sujet...