Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Loic Silve

Attentats : un étudiant gapençais aux premières loges de l’assaut à Saint-Denis (vidéo)

Le Gapençais Loïc Silve, connu pour avoir été le plus jeune porte-drapeau du Souvenir français, a assisté au déploiement de forces à Saint-Denis, ce mercredi, à 4h20, destiné à appréhender des suspects en lien avec les attentats du 13 novembre. Etudiant en science politique à Paris VIII, à Saint-Denis, il vit dans cette ville. La police a procédé à un assaut contre un appartement occupé par des suspects : une kamikaze est morte dans l’explosion de sa ceinture d’explosifs, un terroriste a été abattu et un autre semble introuvable, et sept personnes ont été interpellées. Cinq policiers du Raid ont été légèrement blessés et un de leurs chiens d’assaut a été tué.

Voici le témoignage de Loïc Silve : « J’étais avec une amie. Nous avons été réveillés vers 4 heures par des sirènes. J’ai ouvert la fenêtre. Nous avons entendu des coups de feu, des rafales. Dans un premier temps, on a eu peur, même si on ne se sentait pas menacés au 5e étage. On a été rassuré quand on a vu le nombre de camions de CRS qui se sont entassés devant chez moi. On a aussi entendu un hélicoptère qui tournait. Mais il y avait un sentiment d’incompréhension. Nous avons allumé la télé et regardé sur internet, mais, à ce moment-là, aucun média n’en parlait. Tout le monde sortait aux fenêtres. J’ai vu le fameux fourgon noir de la BRI (la brigade de recherches et d’intervention). Il s’est garé au pied de chez moi et je les ai vu se préparer. »

Il a mis en ligne une courte vidéo tournée depuis sa fenêtre du 5e étage :

WP_20151118_005.mp4La BRI en bas de la maison, Courage pour l’intervention !

Posté par Loic Silve sur mardi 17 novembre 2015

A 10h30, Loïc Silve était toujours confiné à son domicile. « Le camion de la BRI vient de repartir, mais il y a des militaires et des policiers en bas. Il n’y a aucun civil. Nous sommes dans la zone restreinte, où les journalistes ne sont pas admis. Pour le moment, je suis bloqué, je ne sors pas. »

L’étudiant gapençais, qui a reçu de nombreux appels depuis les Hautes-Alpes depuis l’annonce de l’assaut, espère maintenant pouvoir rejoindre le train de nuit puisqu’il doit être présent à Gap, ce jeudi à 18h30 : il doit en effet recevoir une lettre de félicitations de la Jeunesse et ses sports au titre de son engagement associatif tant au sein de l’Unicef que du Souvenir français…

Photo : Loïc Silve aux côtés de Philippe Galli, préfet de Seine-Saint-Denis,
à l’issue des cérémonies du 11-Novembre à Bobigny.


+ Sur le même sujet...