Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Réfugiés

Aspres-sur-Buëch : le FN appelle à s’opposer à l’accueil de migrants

[Mis à jour le 23 novembre à 14h]
La préfecture, la commune d’Aspres-sur-Buëch et l’association France Terre d’asile doivent officialiser, ce lundi, la prochaine arrivée à Aspres-sur-Buëch de quinze à vingt migrants, en provenance de Calais, dans le cadre d’une « mise à l’abri ». Le Front national, qui avait déjà demandé l’organisation d’un référendum local à ce sujet, annonce ce samedi qu’il appelle à un rassemblement, ce lundi à 18h30, devant la salle des fêtes du village face à ce qu’il considère comme une « folie politicienne ».

Dans un message publié ce dimanche, le Front national « tient à préciser que la réunion d’information sur le sujet de l’installation des migrants à Aspres est organisée lundi soir par la mairie et non par notre mouvement. Il nous a semblé en revanche utile de diffuser cette information, jusqu’ici confidentielle, à la population, qui n’aura que cette occasion pour s’exprimer. » Dans son communiqué initial, le FN appelait « les Aspriens et les habitants des villages alentours à venir exprimer leur désapprobation ». Selon nos informations, la préfecture a rappelé au FN qu’aucune demande de manifestation n’avait été déposée et que, de plus, aucune manifestation n’était actuellement autorisée en raison de l’état d’urgence. Le préfet Pierre Besnard a même signé un arrêté, ce lundi 23 novembre, interdisant toute manifestation à Aspres-sur-Buëch.

L’Etat a décidé de déplacer dans une colonie de vacances située à l’écart d’Aspres-sur-Buëch des migrants se trouvant actuellement dans la « jungle » de Calais, à l’instar de ce qui a été mis en oeuvre au début du mois à Briançon. La municipalité de Françoise Pinet, par ailleurs conseillère départementale, avait d’abord fait part de son opposition, avant d’accepter la décision du préfet. Les migrants, qui devraient être entre quinze et vingt et non plus une trentaine, comme cela avait été envisagé à l’origine, seraient hébergés de façon provisoire dans cette colonie de vacances de La Poste. L’objectif est de les écarter de Calais et d’étudier leur demande d’asile ou de titre de séjour. Il devrait s’agir de personnes seules pour la plupart.

Dans un communiqué, Michel Giordano, responsable du FN dans le canton de Serres, et Amaury Navarranne, tête de liste FN aux élections régionales dans le département, dénoncent le « climat délétère » à Aspres et la « volte-face » du maire : « Contrainte ou petit calcul ? Nous rappellerons à Mme le maire que l’un de ses premiers devoirs est de garantir la sécurité des administrés dont elle est le premier des élus. Car les dangers auxquels nous expose cette situation ne sont pas que fantasme : les récents attentats parisiens ou les cas sanitaires de Briançon sont biens réels », écrivent les responsables locaux du Front national, sans crainte des amalgames.

Christophe Pierrel, tête de liste PS aux élections régionales dans les Hautes-Alpes, dénonce, ce dimanche soir, l’attitude du FN, qui « ment honteusement en affirmant que l’arrivée de migrants représente un « danger ». Sur quoi s’appuie le FN pour affirmer cela ? Sur la couleur de leur peau ? Leur religion ? Ces mensonges ne servent qu’à attiser les peurs ! Faire croire que les migrants déjà arrivés à Briançon sont un danger sanitaire est totalement faux ! Aucune maladie n’a été recensée alors que des contrôles sanitaires ont été effectués dès leur arrivée. Faire l’amalgame entre migrants et terroristes est criminel ! Les premières victimes du terrorisme sont les migrants eux-mêmes… Il n’y a aucun lien entre ces personnes qui fuient la guerre ou la misère et ceux qui ont récemment attaqué notre pays. » Pour M. Pierrel, « le FN d’aujourd’hui n’est pas différent de celui d’hier, pas différent des pires dictatures qui ont opprimé l’Europe dans les années 30-40… Le FN est un danger et il est temps de ne plus les laisser raconter tout et n’importe quoi ! »

Ce dimanche soir, la liste « La Région coopérative » (EELV/Front de gauche) réagit à son tour à cette polémique : « Alors que l’accueil de migrants s’organise dans le Buëch, le FN s’enfonce de nouveaux dans de honteux amalgames et de vrais mensonges. C’est à donner la nausée. Les réfugiés ne sont en rien liés aux terroristes. Ils en sont eux-aussi les victimes. Il est de notre devoir de les en protéger. Encore une fois, il est scandaleux que les souffrances des êtres humains soient exploitées à des fins politiciennes. »

Photo d’archives

 


+ Sur le même sujet...