Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Réunion migrants Aspres-sur-Buëch

Aspres-sur-Buëch : 200 personnes mobilisées par la prochaine arrivée de migrants (vidéo)

[Mis à jour le 26 novembre]
Plus de 200 personnes ont participé à la réunion publique organisée, ce lundi soir, à la salle polyvalente d’Aspres-sur-Buëch, au sujet de la vingtaine de migrants de Calais qui doivent arriver cette semaine dans la commune. La maire d’Aspres, Françoise Pinet, le préfet Pierre Besnard, et les représentants de France Terre d’asile ont présenté le dispositif qui va être mis en place et répondu aux questions du public, révélant une certaine inquiétude. Mais la réunion publique n’a donné lieu à aucun débordement, ni tensions.

Ce sont finalement douze migrants qui sont arrivés à Aspres-sur-Buëch dans la nuit de mercredi à jeudi. Il s’agit de douze hommes, pour la plupart irakiens (les autres étant deux Soudanais et un Afghan).

Le directeur de la DDCSPP, le préfet Pierre Besnard, Françoise Pinet, maire d'Aspres-sur-Buëch, et Milena Zarev, directrice de France Terre d'asile à Gap.
Le directeur de la DDCSPP, le préfet Pierre Besnard, Françoise Pinet, maire d’Aspres-sur-Buëch, et Milena Zarev, directrice de France Terre d’asile à Gap.

Le préfet et son secrétaire général, Yves Hocdé, ont annoncé que « vingt personnes au maximum », volontaires pour quitter la « jungle » de Calais, allaient arriver à Aspres-sur-Buëch entre mercredi et vendredi. Il devrait s’agir d’hommes célibataires, originaires en majorité d’Erythrée et du Soudan. Ils seront hébergés au centre de vacances Avea-La Poste, à l’écart du village, où ils seront accompagnés par France Terre d’asile afin de préparer leur demande d’asile. Ils bénéficieront également d’un accompagnement par des bénévoles pour apprendre le français, découvrir l’organisation administrative française et avoir des activités ludiques. Ils disposeront également de quelques euros par jour de pécule pour de menues dépenses. Une coordinatrice assurera leur encadrement sur place, et une autre, arabophone, partageant son temps entre Briançon et Aspres-sur-Buëch, les accompagnera dans leurs démarches administratives et juridiques, sous l’égide de France Terre d’asile. Parallèlement, les services de la préfecture et de l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) examineront leur situation et instruiront leur demande d’asile. Leur séjour sera temporaire : en tout état de cause, « nous devrons avoir libéré les locaux au plus tard le 15 mai », a précisé le préfet. L’ensemble du dispositif sera pris en charge par l’Etat.

« Ce sont des gens qui ont fait des milliers de kilomètres dans des conditions souvent atroces », a expliqué Pierre Besnard. « Nous avons demandé un certain nombre de garanties au préfet, mais il est nécessaire de faire un geste de solidarité et d’humanité », a ajouté Mme Pinet. « Je ne veux pas qu’on se retrouve dans un village partagé. »

« Il y a sûrement eu un déficit d’explications de notre part », a reconnu le préfet

Dans la salle, la plupart des Aspriens présents étaient là avant tout pour être informés. Quelques uns ont posé des questions, relevant parfois du fantasme, à l’instar de cet homme qui s’inquiétait de la sécurité des femmes « avec des hommes célibataires ayant des besoins sexuels ». Un autre a observé que ces migrants n’étaient pas originaires de Syrie ou d’Irak, dont les drames de la fuite ont ému les Français ces derniers mois. « L’Erythrée est une dictature digne de la Corée du Nord et il y a eu plusieurs centaines de milliers de morts au Soudan », lui a rappelé le préfet. D’autres participants, souvent extérieurs à Aspres, ont témoigné leur soutien aux migrants. Quelques représentants du Front national étaient présents dans la salle, mais de manières discrète, après l’interdiction de toute manifestation par le préfet.

Au final, la réunion s’est achevée dans la sérénité. Certains participants sont repartis avec leurs craintes, mais la plupart ont surtout apprécié cette séance d’explications publique, même si elle était tardive. « Il y a sûrement eu un déficit d’explications de notre part », a reconnu le préfet Pierre Besnard.


Réunion publique avant l’arrivée de migrants à… par lemedia05


+ Sur le même sujet...