Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Christophe Castaner meeting à Gap

Castaner en meeting à Gap : « Mme Le Pen fait le jeu des terroristes »

A quelques centaines de mètres de distance, Christophe Castaner, tête de liste PS-MRC-PRG aux élections régionales en Provence-Alpes-Côté d’Azur, répond à Christian Estrosi (Les Républicains). Loin de dérouler un programme sécuritaire (son unique proposition, nationale, est de créer un service national obligatoire de six mois), le député-maire (PS) de Forcalquier ne s’attarde pas moins que son adversaire sur les suites des attentats meurtriers de Paris.

Devant 150 sympathisants réunis au Royal à Gap, M. Castaner commence son propos par une litanie de prénoms. Ceux de quelques unes des victimes du vendredi 13 novembre. « La France est en guerre contre le terrorisme et l’islamisme radical », souligne le candidat socialiste. « Pas contre l’Islam. Je le dis ce soir à Mme Le Pen : vouloir opposer les uns et les autres, c’est une faute, car c’est ce que recherchent les terroristes. Marion Maréchal-Le Pen, vous faites le jeu des terroristes! » Pour lui, « les terroristes perdront sauf si un autre radicalisme s’impose dans notre région. Nous demeurerons une terre de théâtre, de cinéma, de musique, de spectacle vivant, de culture… Notre réponse, c’est la République et ses valeurs. Il faut la faire aimer la République et, quand il le faut, la faire craindre. »

Christophe Castaner dénonce « Estrosi, qui instrumentalise la mort de 130 personnes. Puisqu’il le fait, il faut quand même rappelé quelques vérités : qui a fermé l’armée à Barcelonnette et à Briançon? Qui a supprimé 13.000 postes de policiers et de gendarmes? Qui a asphyxié les douanes? Qui a supprimé les RG (Renseignements généraux) dans nos départements? C’est Estrosi, sous l’autorité de Sarkozy. Qu’ils ne nous donnent pas de leçons et que mon adversaire ne se permette pas d’évoquer le prix du sang dans une lettre aux Niçois en le liant à l’action du gouvernement et de la majorité régionale de Michel Vauzelle. »

Christophe Castaner poursuit sur son programme, en se disant « déterminé à devenir le prochain président de la Région ». Et en mettant en avant sa connaissance de la ruralité et des départements alpins, et quelques unes de ses priorités, dont la lutte contre la « fracture numérique ». Rendant hommage au passage à l’action du SMO Paca THD, créé par la Région pour mettre en oeuvre la montée en débit et le développement de la fibre optique dans les deux départements alpins, et à sa présidente, Christine Nivou. Laquelle a dû céder sa place sur la liste à Valérie Rossi au titre des accords avec le PRG.

« La gueule de bois risque d’être dure »

Auparavant, Christophe Pierrel, tête de liste dans les Hautes-Alpes, avait tenté la méthode Coué : « Nous n’avons rien perdu de notre motivation. Les sondages vont se tromper. L’élection, elle se gagnera le 6 et le 13 décembre. Les médias n’ont qu’une question : savoir si on va se retirer ou pas? Cette question ne se posera pas. »

Le chef adjoint du cabinet de François Hollande a aussi vanté la façon de Christophe Castaner de « faire de la politique autrement. Il ne promet pas tout et n’importe quoi. Il a un projet réaliste et finançable. Nous avons 45 propositions pour le département là où M. Estrosi en a huit, dont l’autoroute, que la Région n’est pas en capacité de financer. » Pour M. Pierrel, en cas d’échec de la gauche, « la gueule de bois risque d’être dure. La région risque dans un cas d’être une succursale de la mairie de Nice et, dans l’autre, le FN, qui cherche un tremplin pour 2017, se désintéressera des Hautes-Alpes, car nous ne sommes que 140.000. Face à ce risque, je sais que vous allez vous réveiller. »


+ Sur le même sujet...