Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Obsèques Cécile Misse

Gap : l’ultime hommage à Cécile Misse et Luis-Felipe Zschoche, tués au Bataclan

28 Nov 2015 - 18:11

Au lendemain de l’hommage de la Nation aux victimes des attentats meurtriers du 13 novembre, les obsèques religieuses de Cécile Misse et de Luis-Felipe Zschoche, tous les deux abattus au Bataclan, ont été célébrées, ce samedi après-midi, à la cathédrale de Gap. Une messe de près de deux heures pendant laquelle il n’aura pratiquement pas été question des attentats. La musique, la passion qui avait réuni le couple, a occupé une large place durant cette cérémonie. Une assemblée de plusieurs centaines de personnes avait pris place dans la cathédrale, dont le choeur était orné d’une longue oriflamme tricolore. De nombreux représentants des autorités civiles, militaires et religieuses, mais aussi des magistrats et des avocats, des amis et des collègues de travail, et de nombreux anonymes gapençais étaient présents.

Les familles de Cécile Misse et de Luis-Felipe Zscoche réunies sur le parvis de la cathédrale.
Les familles de Cécile Misse et de Luis-Felipe Zscoche réunies sur le parvis de la cathédrale.

Cécile Misse travaillait au théâtre Jean-Vilar de Suresnes, et avait 32 ans ; Luis-Felipe Zscoche était musicien dans un groupe, et avait 33 ans. Après sa prime enfance en Vendée, Cécile est arrivée à l’âge de 6 ans à Gap, où son père Philippe est devenu greffier du tribunal de commerce. Après sa scolarité à l’école Jeanne-d’Arc, elle a rejoint un lycée de Nice, avant d’étudier les arts et la communication. C’est grâce à un site internet sur les groupes de rock, que Cécile Misse avait créé, que le futur couple a fait connaissance à distance, avant que Luis-Felipe ne rejoigne Cécile. Et c’est en assistant à un concert de rock, celui des Eagles Death of Metal, au Bataclan, qu’ils sont tous deux tombés sous les balles de terroristes fanatiques. En couple depuis huit ans et installés dans la région parisienne, Cécile Misse et Luis-Felipe Zschoche espéraient avoir des enfants.

« Même si nous sommes tristes, nous osons réaffirmer ces liens d’amour qui les réunissent aujourd’hui, ces liens plus forts que la mort », a indiqué le père Sébastien Dubois, curé de la cathédrale, dans son homélie. Le prêtre a invité l’assemblée à « regarder au-delà de la mort, de nos limites humaines. Toute vie est fragile. Mais la vie est plus forte que la mort. »

La seule évocation des attentats est venue du frère de Cécile, Vincent Misse, lors de la prière universelle, mais il s’agissait d’adresser une « prière à toutes les victimes de ces attentats et à ceux qui les accompagnent ».

Le français et l’espagnol se sont mêlés lors de cette messe, puisque les deux familles ont choisi que le couple soit enterré à Gap, côte à côte, tant cela apparaissait comme une évidence. La chorale Jacques-Melzer de Fréjus a interprété un poignant Kyrie, sous la direction de la soprano Karine Verdu, dont la voix a également envahi la cathédrale pendant l’offertoire et la communion. Plusieurs musiciens ont aussi accompagné cet ultime hommage à deux amoureux de la musique, notamment en jouant Memory de Barbra Streisand à la suite de l’homélie.

De nombreuses personnalités étaient présentes aux obsèques.
De nombreuses personnalités étaient présentes aux obsèques.

A l’issue de la messe, la foule s’est rassemblée sur le parvis de la cathédrale, saluant les deux cercueils, l’un blanc et l’autre couleur bois. Le préfet Pierre Besnard était présent, en uniforme, avec son épouse et son directeur de cabinet, Matthieu Doligez, de même que le député Joël Giraud et le maire de Gap Roger Didier, tous deux ceints de leur écharpe tricolore, la sénatrice Patricia Morhet-Richaud, Mgr di Falco Léandri, évêque de Gap et d’Embrun, la présidente du tribunal de grande instance, Isabelle Defarge, le procureur de la République, Raphaël Balland, le colonel Christian Flagella, commandant le groupement de gendarmerie, le président du tribunal de commerce, Jean-Paul Olive, de nombreux conseillers municipaux… Olivier Meyer, directeur du théâtre Jean-Vilar de Suresnes, où travaillait Cécile Misse, avait fait le déplacement à Gap.

L’inhumation a suivi au cimetière de Saint-Roch, dans l’intimité familiale.


+ Sur le même sujet...