Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Manif climat Gap

COP21 : malgré l’interdiction préfectorale, 200 manifestants à Pelvoux et 40 à Gap

29 Nov 2015 - 19:44

[Mis à jour le 30 novembre]
A l’occasion de la tenue de la COP21 à Paris et dans le cadre de l’état d’urgence, toutes les manifestations ont été interdites par le préfet, ce week-end, et jusqu’à ce lundi à minuit. Comme cela a été le cas à Paris, où des incidents se sont produits entre militants anarchistes et forces de l’ordre, ou à Marseille, des rassemblements ont cependant eu lieu, ce dimanche après-midi, dans les Hautes-Alpes, à la veille de la 21e conférence pour le climat.

Le principal était prévu de longue date à Pelvoux : le « Climathons au pays des Ecrins » était destiné à illustrer les conséquences du changement climatique avec la fonte du Glacier blanc, « sentinelle du climat ». A l’issue d’une séance de projection de films et d’ateliers sur ce thème, les participants, qui étaient plus de 200 selon les organisateurs, se sont rassemblés sur la place de l’Eglise de Pelvoux armés de cartons blancs pour mettre en scène l’évolution du glacier. Selon Thierry Baud, tête de liste départementale d’Europe Ecologie-Les Verts/Front de Gauche aux élections régionales, les gendarmes ont relevé les numéros d’immatriculation des voitures des manifestants pendant le rassemblement.

Au même moment à Gap, une quarantaine de manifestants se sont réunis sur la place Jean-Marcellin, avec des pancartes sensibilisant aux conséquences du réchauffement climatique. « Négociations sur le climat : cet après-midi à Gap, les citoyens veulent s’en mêler et ce n’est pas une utopie ! » commente Jean-Claude Eyraud, conseiller municipal d’opposition (Gauche-Tous capables), sur son compte Facebook. Samedi, une vingtaine de militants s’étaient rassemblés sur la place de l’Europe à Briançon.

« Nous protestons contre la criminalisation des militants écologistes », indique ce lundi matin Thierry Baud. « On fait porter des accusations inacceptables par rapport à la THT et au climat. On nous accuse d’être des vecteurs de l’insécurité. Cette façon du préfet de nous mettre à l’index est vraiment inacceptable. A Pelvoux, les gens sont venus en famille et tout s’est passé dans le calme. En ce moment, les gendarmes ont peut-être d’autres choses à faire que cela! »

Photo : une quarantaine de manifestants étaient réunis à Gap

 


+ Sur le même sujet...