Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Elections régionales Gap (16)

Régionales : le nombre d’électeurs du FN a triplé dans les Hautes-Alpes

[Mis à jour à 10h15]
Christophe Castaner a résisté, mais il a finalement plié. Le bureau national du PS le lui avait formellement demandé. La tête de liste PS aux élections régionales a annoncé, tard dans la soirée de dimanche, qu’il se retirait avant le second tour. «L’heure est grave, a déclaré le député-maire (PS) de Forcalquier. Le score atteint par le Front National est une menace pour les valeurs de la République. Aujourd’hui le peuple de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de France semble vouloir faire confiance à des chimères. Ce soir, je prends une décision lourde et difficile et c’est aussi ça être socialiste : avoir le sens des responsabilités. Avoir le sens des responsabilités, c’est se retirer, je le fais avec beaucoup d’émotion avec beaucoup de peine. Je revendique comme socialiste d’être plus républicain que les Républicains. Je connais votre déception mais nous devons tout faire pour faire barrage au Front national. J’appelle solennellement le peuple de Provence-Alpes-Côte d’Azur à la résistance. »

La gauche ne siégera plus au conseil régional pendant six ans

Après dix-huit ans de présidence socialiste, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ne comptera plus d’élus de gauche pendant les six prochaines années. Le second tour opposera la liste de Marion Maréchal-Le Pen (FN) à celle de Christian Estrosi (Les Républicains-UDI-MoDem). Il n’y aura aucune fusion de liste.

Marion Maréchal-Le Pen arrive largement en tête du premier tour en Provence-Alpes-Côte d’Azur avec 40,55% des voix. Christian Estrosi (LR-UDI-MoDem) est en deuxième position, mais largement en retrait, avec 26,48%. Enfin, Christophe Castaner (PS-PRG-MRC) n’obtient que 16,59%. Quant à Sophie Camard et Jean-Marc Coppola (EELV-Front de gauche), ils réalisent une contre-performance, avec seulement 6,54% des suffrages exprimés. Jean-Marc Governatori (Alliance écologiste indépendante) arrive en 5e position, avec 4,05%.

Dans les Hautes-Alpes, même si le score du FN est en-deçà de la moyenne régionale (32,58% contre 41,22%), Marion Maréchal-Le Pen obtient un résultat sans précédent. En 2010, Jean-Marie Le Pen n’avait recueilli que 12,44% des voix… Le nombre d’électeurs ayant voté pour le FN a été multiplié par trois dans le département, passant de 6219 à 19.250. De son côté, Christian Estrosi subit une légère érosion par rapport au résultat de Thierry Mariani (24,54% contre 25,21%), même si, en nombre absolu, la droite réunit davantage d’électeurs (14.500 contre 12.607). Il faut relever que la participation a atteint 56,68%, soit près de 7 points de plus qu’en 2010.

Le PS, EELV et le Front de gauche sont évidemment les principaux perdants de ce premier tour. Avec 13.597 voix et 23,01%, Christophe Castaner est loin des 31,65% obtenus en 2010 par Michel Vauzelle (15.826 voix). Et si « La Région coopérative » (union entre EELV et le Front de gauche) réalise un score plus honorable dans les Hautes-Alpes (9,43%) qu’au niveau régional, elle aussi est loin des 14,44% réunis en 2010 par Laurence Vichnievsky (EELV), auxquels il faut ajouter les 5,69% réalisés par Jean-Marc Coppola (PCF).

Un à deux sièges pour le FN dans les Hautes-Alpes, deux à trois pour la droite

Le second tour se résumera donc, dans le département, à un face-à-face entre Amaury Navarranne, tête de liste FN, et Chantal Eyméoud, tête de liste UDI-LR-MoDem. En fonction des résultats du premier tour, on peut estimer entre un et deux le nombre de sièges susceptibles de revenir au Front national sur les quatre sièges en lice dans les Hautes-Alpes. Amaury Navarranne, attaché parlementaire de Bruno Gollnisch et conseiller municipal de Toulon, a désormais l’assurance d’être élu, et Martine Lecointre, ancienne directrice générale des services de la ville de Laragne-Montéglin, pourrait également l’être, selon les résultats du second tour à la fois dans le département et au niveau régional. La droite peut quant à elle espérer deux à trois sièges : Chantal Eyméoud, conseillère régionale sortante et maire (UDI) d’Embrun, Roger Didier, maire (divers droite) de Gap et conseiller départemental, et éventuellement Anne-Marie Forgeoux, maire (Les Républicains) du Monêtier-les-Bains.

LIRE EGALEMENT
>> Régionales : les résultats définitifs du 1er tour en Provence-Alpes-Côte d’Azur
>> Régionales : Marion Maréchal-Le Pen en tête avec 32,58% des voix dans les Hautes-Alpes


+ Sur le même sujet...