Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Dégradations THT

Chantier THT : « l’indignation » de la CCI et de la fédération du BTP face aux « sabotages »

17 Déc 2015 - 10:50

Dégradations THT2La multiplication des dégradations d’engins sur le chantier de rénovation électrique Haute-Durance amène la CCI des Hautes-Alpes et la fédération du BTP à faire part de leur « indignation ». Elles ont ainsi décidé de publier plusieurs photos des « sabotages » constatés ces derniers jours. Dénonçant « le triste spectacle que nous donnent à voir les opposants au projet », elles appellent « au calme et au bon déroulement du chantier Haute-Durance, dans l’intérêt de toutes et tous ».

« Ces dégradations ont un impact direct sur le chantier en lui-même, qui se voit ralenti, mais aussi et surtout sur les entreprises haut-alpines du BTP présentes sur le chantier qui, rappelons-le, sont dans une situation extrêmement difficile économiquement », indiquent dans un communiqué commun Eric Gorde, président de la CCI, et Stéphane Scarafagio, président de la fédération du BTP 05. Lesquels rappellent que « ces entreprises emploient 1000 personnes sur le territoire ».

La CCI et la fédération du BTP défendent « le bien-fondé du projet Haute-Durance. Les travaux ont pour objectif de garantir durablement la sécurité de l’alimentation électrique mais aussi par ce biais de développer l’économie locale. Le développement économique se traduit par les retombées directes, indirectes et induites de la présence du chantier sur le département mais il se définit également par le nombre d’entreprises locales impliquées sur le projet. Ces aménagements de long terme permettront prochainement le désenclavement numérique grâce à l’installation de 200 kilomètres de lignes fibre optique, le maintien d’un service de distribution électrique de qualité pour les Haut-Alpins mais aussi pour les nombreux touristes. Le chantier Haute-Durance se caractérise donc comme un investissement d’avenir, crucial pour les générations futures. »

De leur côté, plusieurs élus s’émeuvent de la situation sur le chantier, mais demandent pour leur part la suspension du chantier de RTE (Réseau de transport d’électricité). Après les conseillers départementaux de Chorges Valérie Rossi et Joël Bonnaffoux, ce sont dix des quinze conseillers municipaux de Châteauroux-les-Alpes (mais le maire Jean-Marie Barral n’est pas cosignataire) qui ont écrit au préfet Pierre Besnard. « Les dégradations successives sur les chantiers, la colère montante des entreprises qui y travaillent, la mobilisation des forces de gendarmerie, le désespoir des militants anti-THT, les démarches engagées légalement par l’association Avenir Haute-Durance et ses partenaires qui les soutiennent, nous poussent à penser qu’une suspension de chantier, susceptible d’apaiser les tensions dans le département, serait opportune », écrivent les élus châteauroussins.


+ Sur le même sujet...