Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
pylone THT (2)

Le détail des compensations financières pour les communes accueillant des lignes électriques aériennes

18 Déc 2015 - 15:17

RTE  et le préfet ont présenté ce vendredi matin le plan d’accompagnement de rénovation du réseau électrique Haute Durance aux 22 communes concernées par l’implantation de nouvelles lignes aériennes. En guise de compensation – RTE préfère parler d’équité – RTE financera des projets sur ce territoire à hauteur de 6,9M€, à condition qu’ils respectent certains critères : la mise en valeur du patrimoine paysager ou touristique, des actions de développement durable ou la mise en souterrain de réseaux électriques ou téléphoniques existants.

6M€ bénéficieront directement aux 22 communes concernées (lire ci-dessous), répartis au prorata des kilomètres de lignes aériennes. RTE pourra ainsi financer jusqu’à 99% du montant de chaque projet.

800.000€ iront à d’autres collectivités ou organismes (communautés de communes, syndicats, associations…) pour l’aboutissement de 8 à 10 projets financés jusqu’à 50% par RTE.

Enfin, dès le 1er janvier, RTE consacrera 100.000€ à des projets de Haut-Alpins passant par la plateforme de financement participatif Ulule (www.mesprojetsterritoriaux.fr) en contribuant à la moitié des fonds.

Les premiers dossiers seront instruits en avril à l’issue de la réunion d’un comité technique, puis validés par le comité de pilotage en mai.

En plus de ce plan d’accompagnement, les 22 communes recevront 675.000€ par an de recettes fiscales supplémentaires au titre de la taxe sur les pylônes.

Le point sur les travaux

Pour l’heure, sur les 18 projets de rénovation du réseau électrique (répartis en 7 phases), un premier a été mis en service entre Embrun et Mont-Dauphin ; deux autres liaisons souterraines sont en cours entre Briançon et Le Monêtier-les-Bains (mise en service cet automne) et entre L’Argentière et Mont-Dauphin. Les travaux préparatoires à la construction de deux lignes aériennes de 220.000 volts et à une ligne aérienne de 63.000 volts (déboisement, préparation des pistes d’accès aux chantiers et des plateformes sur lesquelles reposeront les pylônes) ont démarré cet automne et se poursuivront en 2016. « Les premiers pylônes seront levés en mai ou juin », annonce Laurence Lessard, directrice du projet Haute Durance.

Pourquoi ne pas avoir enfoui toutes les lignes, ainsi que le demandent les associations anti-THT ? « Il n’y a nulle part en France où l’on a fait complètement disparaître l’aérien », répond Jean-Philippe Bonnet, délégué régional de RTE. « A certains endroits, comme les passages de torrents ou sur le pont de Savines, la faisabilité technique n’était pas assurée. En outre, l’enfouissement aurait engendré un surcoût de 130M€. Or, nous avons un équilibre financier, technique, économique et environnemental à respecter », ajoute Laurence Lessard.

Les deux représentants de RTE aiment à rappeler que les Hautes-Alpes compteront 300 pylônes en moins à l’issue des travaux, avec 100 km de nouvelles liaisons souterraines et 100 kilomètres de lignes aériennes mieux placées que les précédentes, à l’écart des centres-bourgs, ainsi que le démontage de 200 km de lignes aériennes qui surplombent actuellement des habitations ou des sites touristiques.

Les gains financiers induits par la présence de lignes aériennes, commune par commune

  • Rousset  recevra 164.000€ au titre du plan d’accompagnement de projet, + 20.000€ par an au titre de la taxe sur les pylônes.
  • Espinasses : 248.000€, + 13.000€ par an.
  • La Rochette : 126.000€, + 15.000€ par an.
  • La Bâtie-Neuve : 456.000€, + 62.000€ par an, + 7 pylônes.
  • Chorges : 842.000€, + 110.000€ par an, + 17 pylônes.
  • Prunières : 216.000€, + 29.000€ par an, – 13 pylônes.
  • Saint-Apollinaire : 290.000€, + 26.000€ par an, – 12 pylônes.
  • Savines-le-Lac : 256.000€, + 46.000€ par an, – 4 pylônes.
  • Puy-Saint-Eusèbe : 324.000€, + 42.000€ par an, + 3 pylônes.
  • Puy-Sanières : 216.000€, + 31.000€ par an, – 14 pylônes.
  • Embrun : 600.000€, + 101.000€ par an, – 10 pylônes.
  • Saint-André d’Embrun : 29.000€, – 24 pylônes.
  • Châteauroux-les-Alpes : 499.000€, + 55.000€ par an, – 25 pylônes.
  • Saint-Clément : 92.000€, + 7.000€ par an, – 9 pylônes.
  • Réotier : 254.000€, + 29.000€ par an, – 11 pylônes.
  • Saint-Crépin : 146.000€, + 20.000€ par an, – 8 pylônes.
  • Champcella : 240.000€, + 31.000€ par an, – 17 pylônes.
  • Freissinières : 102.000€, + 11.000€ par an, – 3 pylônes.
  • La Roche-de-Rame : 66.000€, + 9.000€ par an, – 8 pylônes.
  • L’Argentière : 270.000€, +20.000€ par an, – 5 pylônes.
  • Saint-Martin-de-Queyrière : 498.000€, – 18 pylônes.
  • Villar-Saint-Pancrace : 66.000€, – 1 pylône.
  • 11 autres communes vont voir 159 pylônes disparaître.


+ Sur le même sujet...