Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
C Graglia V Faubert

Partielle de Gap 1 : des responsables socialistes dénoncent la « machine à diviser »

21 Déc 2015 - 19:05

[Mis à jour le 22 décembre]
L’investiture accordée par le PS à Bernard Jaussaud dans le canton de Gap 1, où des élections départementales partielles vont se dérouler les 24 et 31 janvier, crée des remous au sein de la famille socialiste. Plusieurs responsables socialistes (Gérard Fromm, maire de Briançon, Christian Graglia, ancien conseiller général de Gap, Vincent Faubert, ex-secrétaire de la section PS de Briançon, et Nicole Guérin, adjointe au maire de Briançon) lancent un « appel à l’unité de la gauche », ce lundi, en invitant leurs sympathisants à le signer.

Dénonçant l’attitude la députée (PS) Karine Berger, les cosignataires de cet appel, qui sont des proches de Christophe Pierrel et dont la plupart ont rendu leur carte à la suite du retrait de la liste Castaner au second tour des régionales, déplorent que la candidature de Guy Blanc n’ait pas été soumise au vote des militants socialistes.

Dans le canton de Gap 1, on s’oriente vers la présence de trois binômes de gauche (Guy Blanc et Pascale Boyer, Bernard Jaussaud et une colistière encore inconnue et un éventuel binôme présenté par Europe Ecologie-Les Verts et le Front de gauche), tandis que la droite devrait présenter une candidature unitaire (Brigitte Gaudin et Francis Zampa). Le Parti des Hautes-Alpes sera également présent (Georges Obninsky et Cathy Anglès), ainsi que le Front national (les candidats seront dévoilés début janvier).

« Ce n’est pas Guy Blanc qui portera la responsabilité de la division de la gauche – et donc de ce nouvel échec électoral – mais bien les responsables de la fédération des Hautes-Alpes du Parti Socialiste », estiment les auteurs de cet appel. « Pourquoi revenir aujourd’hui sur l’investiture votée démocratiquement en mars dernier alors que Pascale Boyer et Guy Blanc ont démontré qu’ils étaient les mieux placés pour barrer la route au binôme divers-droite gagnant qui les avait devancés de seulement 39 voix ? Il s’agit ni plus ni moins d’un déni de démocratie. L’incapacité d’écoute du PS local n’est pas qu’insultante ; elle prend d’inquiétantes proportions. La gauche divisée, c’est la gauche éliminée. »

Graglia dénonce « une secte à la solde de Karine Berger »

A priori plus combatif que jamais après son accident de santé, Christian Graglia, ancien conseiller général (PS) de Gap, publie un communiqué virulent, ce mardi matin, pour déplorer l’investiture accordée par le PS à Bernard Jaussaud et appeler à voter en faveur de Pascale Boyer et de Guy Blanc. « Les ayatollahs de la rue Carnot (siège de la fédération du PS, NDLR) ont préféré ajouter de la confusion à la confusion en investissant un binôme conduit par Bernard Jaussaud, dont tout le monde voit bien qu’il mène là le combat de trop, mettant ainsi en péril la présence même d’un binôme de gauche au second tour », écrit M. Graglia. « Cette investiture s’est faite au mépris des statuts du PS, le vote des militants ayant été truqué et la décision finale se prenant par une assemblée qui confine à une secte à la solde de Karine Berger. Au lieu de se complaire dans ces magouilles, la direction du PS haut alpin ferait mieux de se poser des questions sur l’hémorragie actuelle de militants qui la décime. Le moins qu’on puisse dire, c’est que, par cette décision honteuse, elle ne prend pas le chemin de la stopper. »


+ Sur le même sujet...