Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Foreston

Serre-Ponçon : le projet touristique du Foreston (35 M€) autorisé par le préfet de région

22 Déc 2015 - 10:28

Il avait pris des allures d’Arlésienne (même si un restaurant de plage, « La Paillotte », y avait été ouvert en juillet 2014, ainsi que des activités nautiques). Le plus important projet d’aménagement sur les rives du lac de Serre-Ponçon depuis la réalisation de Port-Saint-Pierre s’apprête désormais à devenir réalité. L’aménagement touristique du Foreston, sur un site de 25 hectares anciennement occupé par une colonie de vacances de la compagnie Shell, au Sauze-du-Lac, va voir le jour d’ici deux à trois ans. Le préfet de région, Stéphane Bouillon, préfet coordonnateur du massif des Alpes, a en effet autorisé, le 17 décembre, l’unité touristique nouvelle (UTN) « Projet résidentiel et touristique de haute qualité environnementale de Bayle Coste du lac ». Ce projet avait reçu les avis favorables des conseils municipaux du Sauze-du-Lac et de Pontis, début juillet, et de la commission UTN du comité de massif des Alpes, le 27 novembre. Il est porté par le groupe hôtelier GG Loisirs, présidé par Gustave Groebli, déjà présent dans l’Embrunais (résidence de tourisme aux Orres, château de la Robéyère et hôtel de la Mairie à Embrun notamment). L’investissement est estimé à 35 millions d’euros.

Un centre aqua-ludique et un plan d’eau de 5300 m² à niveau permanent

Le projet comprend deux volets et s’appuie en partie sur les bâtiments existants, qui seront rénovés dans un style traditionnel pour donner l’impression de constituer un hameau de montagne. Le premier volet est résidentiel : au sein de la dizaine de bâtiments de la résidence « Montagnards », 75 logements de 30 à 80 m², acquis ou loués à l’année, pourront accueillir jusqu’à 190 « jeunes séniors dynamiques ». Le second volet est touristique, et il est particulièrement important : réalisation d’un hôtel comprenant 30 chambres sur 2000 m² et dix cabanes dans les arbres, d’une résidence de tourisme de 190 appartements « destinés à fonctionner en haute saison, été et hiver », d’un restaurant pouvant servir jusqu’à 200 couverts, d’un centre aqua-ludique et de bien-être pouvant accueillir 300 personnes, d’une supérette, d’une plage publique et d’un plan d’eau de 5300 m² « à niveau permanent pendant la saison estivale ». GG Loisirs envisage enfin l’éventualité d’une remontée mécanique entre la plage et les hébergements, sachant qu’il existe 70 m de dénivelée en pente forte.

Le projet a dû prendre en compte la loi Montagne, la loi Littoral et la protection des espaces boisées. La présence d’une fleur protégée, la Gagée des champs, a ainsi entraîné la modification du projet. Dans son arrêté, le préfet de région souligne « les mesures pertinentes d’évitement et de réduction d’impact environnemental » et « la recherche d’insertion paysagère et architecturale du projet », ainsi que les modalités financières, « favorables pour les collectivités », de ce projet entièrement porté par des fonds privés.

L’arrêté d’autorisation fixe cependant des conditions : une « vigilance particulière » devra être apportée aux risques torrentiels d’une part et au captage, à la distribution, au traitement des eaux, à l’assainissement et à la sécurisation de la baignade d’autre part ; le respect des « mesures de minoration de l’impact paysager des aménagements prévus en rive du lac » et relatives à l’inventaire faune/flore et aux peuplements forestiers. Le texte prévoit un comité de suivi sous l’autorité du préfet des Hautes-Alpes, associant les présidents des conseils départementaux des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence.


+ Sur le même sujet...