Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Louve abattue à Lus

Plan loup : le préfet coordonnateur demande de pouvoir tuer six loups supplémentaires

Le préfet de la région Rhône-Alpes, Michel Delpuech, préfet coordonnateur du plan loup au niveau national, a demandé au gouvernement de relever le plafond de loups pouvant être tués. A ce jour (un loup a été abattu ce mercredi près de Digne), 34 loups ont été décomptés du plafond de 36 pouvant être abattus jusqu’au 30 juin 2016 (l’un d’eux, d’abord considéré comme ayant été braconné à Jausiers, pourrait cependant être retiré, en fonction des résultats des analyses toxicologiques). M. Delpuech suggère donc aux ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture d’autoriser le prélèvement de six loups complémentaires (deux dans le cadre de tirs de prélèvement et quatre dans le cadre de tirs de défense).

Dans son courrier, le préfet de Rhône-Alpes souligne que, « dès lors que le plafond de 36 loups sera atteint, plus aucune autorisation, même les tirs de défense délivrés aux éleveurs, ne sera valide ». Dans le même temps, il préconise que ce nombre n’excède pas six loups supplémentaires, afin de tenir compte des préoccupations de Karmenu Vella, commissaire européen chargé de l’environnement. Celui-ci entend veiller à ce que les prélèvements « ne remettent pas en cause le maintien du loup dans un état de conservation favorable ». D’autant plus que le nombre d’attaques et de victimes du loup reste stable en France et dans les Hautes-Alpes. Au 21 décembre, 208 attaques ont été constatées dans le département (contre 222 en 2014) et 770 ovins ont été tués (contre 761 en 2014).

C’est le collectif Cap Loup (regroupant 36 associations pro-loup) qui a dévoilé cette lettre du préfet coordonnateur du plan loup, en date du 12 décembre. Cap Loup dénonce cette proposition : « Votre mission ne consiste pas à encourager le dépassement des conditions de destruction de loups fixées par la ministre, mais au contraire à faire en sorte que ces conditions soient respectées par les préfets dont vous assurez la coordination », écrit le collectif à M. Delpuech, en regrettant par ailleurs qu’il agisse « au service exclusif d’un lobby agricole ». Cap Loup appelle d’ailleurs à une manifestation nationale, le 16 janvier à Lyon, pour s’opposer à « la chasse aux loups ».


+ Sur le même sujet...