Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Erik Bonnaud Madeleine Poggionovo (6)

Election de Gap 1 : La « Gauche coopérative » estime ne pas jouer « le jeu de la division »

Erik Bonnaud, Madeleine Poggionovo et Bernard Derbez.
Erik Bonnaud, Madeleine Poggionovo et Bernard Derbez.

Trois binômes de gauche seront présents lors du premier tour de l’élection départementale partielle de Gap 1, le 24 janvier. Mais que cela soit dit, les candidats de la « Gauche coopérative », Erik Bonnaud et Madeleine Poggionovo, ne considèrent pas « entrer dans le jeu de la division », souligne leur animateur de campagne, Léo Artaud. « Il n’existe pas d’autre liste de la gauche écologique, sociale et solidaire. Nous nous présentons au contraire sous le signe de l’union. »

Erik Bonnaud (Ensemble-Front de Gauche), Madeleine Poggionovo (PCF-Front de Gauche) et leurs suppléants, Bernard Derbez (Europe Ecologie-Les Verts) et Sophie Colley (Ensemble), s’inscrivent dans la « dynamique de la campagne de la Région coopérative » des dernières élections régionales. « C’est une dynamique qu’on ne pouvait pas imaginer il y a un an ou deux », insiste M. Bonnaud. « Il y a eu un gros effort de rapprochement et il y a enfin une relation entre le social et l’écologie. Espérons que Gap sera le début d’un Podemos à la française, que les gens aient envie de prendre la politique en main. » Pour Laurent Eyraud-Chaume, porte-parole d’Ensemble 05, « il ne faut pas résumer cette élection à une guerre des égos. On assiste à un mouvement de décomposition de la gauche sociale-libérale et, dans le même temps, à un mouvement de reconstruction de la gauche. Ce canton, il raconte ça. » Et « cette candidature n’est pas indépendante de ce qui se passe au niveau gouvernemental et européen et des politiques d’austérité », ajoute Bernard Mascarelli, co-secrétaire départemental du PCF.

Jean-Claude Eyraud : « Il n’y a plus d’opposition au conseil départemental »

Certes, la liste de la « Région coopérative » n’a pas atteint les scores escomptés en décembre dernier, et il n’y a désormais plus d’élus de gauche au sein du conseil régional. Mais la liste a réalisé son meilleur score dans les Hautes-Alpes, relève Jean-Claude Eyraud (Ensemble). Celui qui vient de quitter le conseil municipal de Gap en profite aussi pour dénoncer le « silence assourdissant de l’opposition départementale. On a l’impression qu’il y a une espèce d’entente, qu’il n’y a plus d’opposition au conseil départemental ». Et il est peu amène avec Bernard Jaussaud (PS) et Guy Blanc (divers gauche), également candidats -en ordre dispersé- dans cette élection partielle : « Je n’attends rien d’eux. Ils ont déjà été élus au conseil général et ils ont montré qu’ils n’avaient aucune transparence. Je déplore l’inefficacité de ces gens-là, qui se réveillent à la veille des élections. » Au demeurant, « notre adversaire principal, ce n’est pas le PS -ne tirons pas sur l’ambulance…-, c’est la droite, et notre ennemi, c’est l’extrême droite », précise M. Artaud.

Sur le fond, « il est important que ce ne soit pas une bagarre municipale », considère M. Bonnaud, qui habite lui-même le Champsaur après avoir vécu et travaillé dans les Bouches-du-Rhône, où il a été président départemental des Verts. Il souligne l’importance « pour le département de diversifier son offre touristique pour tenir compte du dérèglement climatique ». Un point sur lequel insiste aussi Bernard Derbez : dénonçant les « projets délirants de la ville de Gap de vouloir construire des parkings dans le centre-ville (Bonne et Îlot de l’Imprimerie) », le soutien accordé au rallye Monte-Carlo ou « le transport de neige par hélicoptère dans certaines stations », il veut « promouvoir une reconversion écologique des activités économiques. Le Département doit encourager cela. » Madeleine Poggionovo met pour sa part l’accent sur le social : « Il y a de plus en plus de familles modestes qui basculent dans le précaire. Nous devons lutter contre l’austérité, qui existe également au sein du conseil départemental. »

La déception d’Isabelle David, nouvelle conseillère municipal de Gap

Isabelle David, qui siège désormais au conseil municipal de Gap après la démission de Jean-Claude Eyraud et de Françoise Perroud (Gauche-Tous capables), était candidate avec Erik Bonnaud lors des élections de mars dernier dans le canton de Gap 1. Citoyenne de gauche non encartée mais membre du collectif « Tous capables », elle n’a pas été reconduite pour cette partielle au bénéfice de Madeleine Poggionovo (PCF). « Les partis politiques impliqués dans cette nouvelle candidature n’ont pas souhaité reconduire le binôme sortant (à l’exception d’Ensemble 05), ce qui aurait respecté véritablement le choix des électeurs », estime Mme David. « Ils ne peuvent donc pas se prévaloir d’être les représentants des Tous Capables« . Pour Erik Bonnaud, « le contexte est différent » par rapport à mars 2015. « Entre-temps, il y a eu les régionales. Il fallait intégrer cette nouvelle dynamique de la Région coopérative. » En y intégrant le PCF.


+ Sur le même sujet...