Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Parti des Hautes-Alpes (1)

Election à Gap 1 : le Parti des Hautes-Alpes veut incarner « la protestation utile »

« On veut mettre en avant ce qui rassemble les gens plutôt que ce qui les divise », martèle Georges Obninsky, président du Parti des Hautes-Alpes et candidat à l’élection départementale partielle dans le canton de Gap 1, ce dimanche 24 janvier. « On est capable de discuter avec tous les courants, en dépassionnant le débat. » Et son oecuménisme est large : « On pourra défendre aussi bien des idées du Front de Gauche sur l’économie sociale et solidaire, qu’entendre les besoins et les demandes des commerçants. On sera capable de travailler avec Jean-Marie Bernard et on pourra s’opposer à lui sur certains points. » Et le Front national? « Il trompe ses électeurs mais on est sensible aux problèmes soulevés. Nous ne sommes pas d’accord avec les solutions proposées. » D’ailleurs, assure M. Obninsky, « on se parle et on se respecte avec la plupart des candidats. On n’a pas d’ennemis, c’est une grosse avancée. » Mais si Georges Obninsky et Cathy Anglès ne parviennent pas à se qualifier pour le second tour, ils ne donneront pas de consigne de vote.

Pour le Parti des Hautes-Alpes, le développement économique est la première des priorités, car « cela résout un certain nombre de problèmes avec les gens inactifs par exemple », considère M. Obninsky. Comment parvenir à agir dans ce domaine? « Nous voulons créer une plateforme de développement économique et touristique du Gapençais, pilotée par tous les décideurs en faisant intervenir les citoyens et notamment les jeunes », annonce le binôme. « Il faut arriver à créer une synergie au niveau de Gap. Ca doit être l’aiguillon de la municipalité. »

On sent bien dans le discours que les candidats du Parti des Hautes-Alpes ne partagent pas la politique de la municipalité et s’inscrivent dans le rejet des partis traditionnels. « Le Parti des Hautes-Alpes, c’est l’occasion de protester utile », indique Dominique Meyer, ancien adjoint au maire, qui avait été candidat dans ce canton en mars dernier mais qui ne se représente pas. « J’ai respecté mes engagements en soutenant au second tour les candidats de droite les mieux placés (Brigitte Gaudin et Francis Zampa, NDLR). J’ai regretté que ces candidats n’aient pas voté pour le candidat UMP à la présidence mais pour Roger Didier. Ce système m’a fait réfléchir. C’est juste des écuries. Roger Didier était le candidat caché des Républicains. »

Cathy Anglès veut donc « impliquer le citoyen dans la politique publique ». Pour Georges Obninsky, « on peut ramener les gens vers les urnes en les intéressant à l’action publique ».

Le Parti des Hautes-Alpes organise une réunion publique, ce vendredi 22 janvier à 18h30 au CMCL, avec la participation de Jean-Marie Cavada, député européen et président de Génération Citoyens (mouvement rejoint par le Parti des Hautes-Alpes en octobre dernier).


+ Sur le même sujet...