Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Accueil migrants3

Accueil des migrants : le foyer d’Aspres-sur-Buëch fermera d’ici « fin février »

[Mis à jour le 22 janvier à 11h45]
33 migrants, volontaires pour être éloignés de Calais, ont été accueillis en novembre dans les Hautes-Alpes, afin d’être « mis à l’abri » en attendant que leur demande d’asile soit examinée. Vingt-et-un migrants africains pour la plupart (deux Erythréens, douze Soudanais et quatre Tchadiens), mais aussi un coupe d’Iraniens avec un enfant de cinq ans (qui ont depuis rejoint un logement social), ont été hébergés à Briançon, dans un foyer rouvert pour l’occasion. Douze hommes, pour la plupart irakiens (les autres étant deux Soudanais et un Afghan), ont été logés dans un centre de vacances Aviva-La Poste à Aspres-sur-Buëch.

Les situations individuelles sont examinées par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), à Marseille. Selon la préfecture, un seul des migrants accueillis a pour l’heure obtenu le statut de réfugié politique et doit quitter le foyer d’Aspres-sur-Buëch. Quatre autres hommes ont déjà quitté ce foyer pour rejoindre le Cada (centre d’accueil des demandeurs d’asile). Pour le reste, « les procédures suivent leur cours », indique le préfet des Hautes-Alpes, Philippe Court. « Nous n’avons pas de cas formellement rejetés, sachant qu’il existe plusieurs voies de recours et qu’aucune n’a été épuisée. »

En tout état de cause, souligne le secrétaire général de la préfecture, Yves Hocdé, les foyers de Briançon et d’Aspres-sur-Buëch « sont des structures de transition. D’ici la fin février, toutes les personnes accueillies auront dû rejoindre un dispositif de droit commun. » Pour autant, précise le préfet Philippe Court, « il n’y a pas d’échéance de fermeture du foyer de Briançon. Nous aviserons en fonction du traitement des différentes situations des personnes qui y sont hébergées. »

D’autres migrants seront-ils accueillis dans le département? « Ce qui a été fait dans les Hautes-Alpes est déjà remarquable », souligne le préfet. « Nous avons accueilli autant de personnes que d’autres départements proches, souvent plus importants. » Quant au plan d’accueil gouvernemental de 24.000 réfugiés notamment issus de Syrie, il se heurte pour l’heure au fait que la France ne les attire pas…

Photo d’archives


+ Sur le même sujet...