Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
conseil départemental

Conseil départemental : le budget 2016 fait quasiment l’unanimité…

Majorité et opposition ont fait assaut d’amabilités, ce mardi matin, lors de la session du conseil départemental consacrée au vote du budget primitif 2016. Gérard Fromm, coprésident du groupe d’opposition, était près de l’adopter : « Je m’abstiendrai mais je trouve que vous présentez un budget sincère et honnête. Il reste cependant des éléments du passé que je ne partage pas. » Patricia Vincent, l’autre coprésidente du groupe d’opposition, a franchi le pas : « Je voterai pour ce budget. C’est un budget équilibré, compte tenu des baisses de dotations de l’Etat. L’action sociale est au coeur des compétences. Le budget est cohérent aussi dans l’investissement, avec Polyaéro, le SMO (montée en débit de la desserte internet des Alpes du Sud, NDLR), les routes, la poursuite de l’aide aux communes… Je pense que toutes les bonnes volontés de droite et de gauche doivent travailler ensemble. Il y a des luttes claniques qui n’ont plus lieu d’être. » L’autre conseiller départemental (divers gauche) de Tallard, Rémy Oddou, hésitait « entre une abstention bienveillante et une vote favorable qui n’est pas un chèque en blanc », et a finalement opté pour ce dernier. Pour les mêmes raisons, et aussi parce que « les impôts n’augmentent pas ».

Le budget présenté par Patrick Ricou, premier vice-président en charge des finances, a donc été adopté par 22 voix pour et huit abstentions. Le président Jean-Marie Bernard en avait rappelé les grandes lignes : parvenir à un équilibre entre la hausse des allocations de solidarité et la baisse des dotations de l’Etat, « ne pas endetter plus que de besoin notre collectivité » et « maintenir un niveau d’investissement élevé et un bon niveau d’aide aux collectivités ». Ce qui passe par des coupes dans le budget de fonctionnement, réduit de 3 M€. Le financement du Smadesep (Syndicat mixte d’aménagement et de développement de Serre-Ponçon) devrait ainsi être revu à la baisse, le Département envisageant de la réduire de 66% à 50% du budget. Ce qui a fait débat (nous y reviendrons ce jeudi), même si cette délibération a été adoptée par 26 voix pour et 4 abstentions.

Globalement, les dépenses de solidarité (qui représentent environ 41% du budget) devraient atteindre 64,7 M€ en 2016 (+2,4%), tandis que la dotation globale de fonctionnement (DGF) va passer de 33,4 à 29,2 M€ (-12,5%) et que les droits de mutation s’annoncent à la baisse (-7,5%, à 23 M€). « Le Département recentre ses moyens sur la solidarité humaine et territoriale, mais ne fait l’impasse sur aucune de ses obligations », a souligné M. Ricou.

En 2016, les principaux investissements concerneront la requalification des collèges de Veynes et de Laragne, le pôle de formation Polyaéro à Gap-Tallard, le déploiement du très haut débit, les études sur la réalisation du bâtiment des Archives départementales (dont le gel du projet avait pourtant été annoncé) et la rocade de Gap. S’agissant des aides aux communes, « leurs modalités seront revues pour être recentrées sur des thématiques prioritaires », a annoncé Patrick Ricou. Ces priorités seront l’eau, l’énergie et l’attractivité touristique et économique.

S’agissant de la dette, elle devrait progresser de 800.000€ en 2016, passant de 186,1 à 186,9 M€. Du fait de la baisse de l’épargne brute, la capacité de désendettement du Département passerait ainsi de 8,8 ans à 10,85 ans au 31 décembre 2016.


+ Sur le même sujet...