Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Carrière Saint-André-d'Embrun

Saint-André-d’Embrun : le projet contesté de carrière sur la Durance autorisé par la justice

Le projet de carrière en terrasses de matériaux alluvionnaire, situé sur la Durance à Saint-André-d’Embrun et qui avait été rejeté par le préfet en 2013, vient d’être autorisé par le tribunal administratif de Marseille. Le 13 novembre dernier, la juridiction a annulé l’arrêté préfectoral et autorisé la société Routière du Midi à exploiter cette carrière. Il revient désormais au préfet de fixer les prescriptions applicables à cette future installation.

Le projet s’étend sur 13 hectares au lieu-dit “La Cabane”, à Saint-André-d’Embrun, au pied de Châteauroux-les-Alpes. Il prévoit l’extraction annuelle de 100.000 tonnes de matériaux sur près de 22 ans.

Le projet avait été fortement contesté par des riverains, mais aussi par les communes de Châteauroux-les-Alpes et d’Embrun, qui avaient émis un avis défavorable, par les associations environnementales et par la fédération de pêche des Hautes-Alpes.

Le préfet Jacques Quastana avait rejeté, dans un arrêté du 29 mai 2013, la demande de la Routière du Midi, en se basant sur la qualité des milieux environnants, en particulier la présence de frayères de truite fario qu’il convient de préserver, les effets négatifs de cette activité de carrière sur l’environnement et le tourisme, et les risques liés aux crues de la Durance.

Le tribunal administratif, qui avait été saisi par la Routière du Midi, en a jugé autrement. On ignore pour l’heure les motifs de ce jugement.

Photo Fédération de pêche des Hautes-Alpes


+ Sur le même sujet...