Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Ardan (3)

Ardan permet aux TPE-PME de monter un projet avec un demandeur d’emploi diplômé

Faire rencontrer une entreprise désireuse de développer son activité et un demandeur d’emploi diplômé (bac à bac+5) pour un bénéfice commun : l’entreprise bénéficie d’un stagiaire performant pendant six mois pour mettre en œuvre un projet qui doit augmenter sa plus-value, et le demandeur d’emploi reçoit une indemnisation pendant ce semestre et une formation diplômante de 14 jours dispensée par le Conservatoire national des Arts et métiers (Cnam). Tel est le leitmotiv du dispositif Ardan, initié par le Cnam, et soutenu par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Pôle emploi, la CCI, la Chambre de métiers et de l’artisanat et l’IRCE (Institut régional pour la création d’entreprise) notamment. Il vient d’être présenté à des demandeurs d’emploi, des experts-comptables et des chefs d’entreprise du département à la CCI des Hautes-Alpes.

« Le stage de six mois est destiné à savoir élaborer et piloter un projet d’activité nouvelle au sein d’une petite organisation (entreprise de moins de 50 salariés ou association) », explique la responsable régionale du Cnam. « Nous sommes dans une logique de co-construction d’un poste de travail. Le dirigeant imagine un poste de travail d’une certaine manière et le stagiaire lui apportera une autre vision au fur et à mesure de sa présence dans l’entreprise. » Cela doit permettre à des demandeurs d’emploi d’être les développeurs de projets dormants que les entreprises ne peuvent pas mettre en oeuvre faute de moyens humains adaptés. L’objectif est de renforcer la rentabilité des entreprises tout en développant l’emploi.

Sur les 605 projets qui ont été engagés dans ce cadre entre 2013 et 2015, quelque 34% concernaient le commercial et la communication, et 32% la production. Le plus souvent, il s’agissait d’entreprises de moins de 3 ans (il faut cependant qu’elles aient au moins un an d’existence) et 70% employaient moins de 10 salariés. 69% des stagiaires ont été embauchés à l’issue des six mois, avec un CDD de plus de six mois ou un CDI.

Le principe est en effet que le chef d’entreprise est libre de proposer un contrat ou non au stagiaire qu’il a accueilli pendant six mois. L’entreprise doit participer à hauteur de 5500€. De son côté, le stagiaire continue de percevoir son allocation chômage s’il est allocataire de Pôle emploi, ainsi qu’une prime de 460€ par mois. S’il ne perçoit pas d’indemnité chômage, il est pris en charge par la Région (420 à 750€ par mois), et bénéficie aussi de cette prime de 460€ par mois.

Pendant ces six mois, il doit bien sûr aider le chef d’entreprise à élaborer son projet de développement et bénéficie pour cela de la formation du Cnam, qui aborde « tous les champs qui peuvent concerner la petite entreprise, où l’on sait que toutes les fonctions se partagent ». Cette formation lui permet d’accéder au titre professionnel « Entrepreneur de petite entreprise ».

Pour tout renseignement, contacter la CCI (s.honstettre@hautes-alpes.cci.fr) ou la Chambre de métiers et de l’artisanat. Les dossiers sont montés avec les conseillers des chambres consulaires et sont ensuite soumis à un comité d’agrément.


+ Sur le même sujet...