Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Région à Bruxelles

7 M€ de crédits européens mobilisés pour soutenir les stations des Alpes du Sud

[Mis à jour le 12 février à 12h30]
Christian Estrosi, nouveau président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et plusieurs de ses vice-présidents, dont la maire d’Embrun Chantal Eyméoud, ont rencontré plusieurs responsables de la Commission européenne, dont le président Jean-Claude Juncker et le commissaire aux affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, ces deux derniers jours à Bruxelles. Objectif de la démarche : débloquer 62 M€ de fonds européens pour accompagner la création d’entreprises et la croissance des PME, en se basant sur les 100 M€ de crédits FSE (Fonds social européen) qui ont dû être restitués à l’Union européenne faute d’avoir été consommés.

« Bon nombre d’engagements ont été actés », indique Chantal Eyméoud, qui fait part de sa satisfaction. Elle souligne surtout la confirmation par Christian Estrosi de la « création d’un pôle montagne fort » pour lequel pourront être mobilisés 7 M€ de crédits européens (Fonds européen de développement régional-Feder / Programme interrégional du Massif des Alpes-POIA). « Ils vont concerner le programme de soutien au tourisme d’hiver (neige de culture, hébergement) et la diversification des activités d’été (VTT, randonnée, commerce) », précise la 2ème vice-présidente de la Région. « Une bonne nouvelle pour les 77 stations des Alpes du Sud. »

Christian Estrosi précise que les 62 M€ obtenus seront « répartis avec 25 millions d’euros de Feder pour alimenter un fonds régional d’investissement pour les entreprises avec 25 millions de contreparties régionales et 12 millions d’euros de Feder pour accompagner la création d’entreprises (incubateurs, pépinières) et la croissance des PME par l’investissement, le développement à l’international, et le recours aux technologies du numérique ». Autre axe d’utilisation : l’accès aux transports en commun « en mobilisant 9 M€ de crédits Feder complétés par des crédits régionaux pour financer des solutions d’intermodalité, au service de l’attractivité de notre Région et de l’emploi », explique M. Estrosi.

Des annonces à propos desquelles Amaury Navarranne, conseiller régional FN, se dit circonspect : « Christian Estrosi annonce revenir de Bruxelles avec des dizaines de millions d’euros d’aide. Sauf à apprendre qu’il a négocié une enveloppe plus grande dans le dos du gouvernement et en contradiction avec les règles établies, il ne s’agit-là que du mécanisme naturel de la validation de projets à venir. Rien de plus. Nous avons toujours estimé que ce -petit- retour d’une partie de notre contribution était la moindre des exigences. Les règles drastiques imposées dans les projets que Bruxelles acceptait de financer ont d’ailleurs trop souvent poussé les régions socialistes à abdiquer et à ainsi perdre des dizaines de millions d’euros. »

Christophe Pierrel (PS) et le mouvement « Debout la gauche » ironisent aussi sur le fait « qu’Estrosi n’hésite pas à s’attribuer l’enveloppe de plus de 200 millions allouée par Bruxelles… Enveloppe pourtant négociée pour la période 2014-2020 par la majorité sortante de Michel Vauzelle et qui arrive comme les saisons, chaque année jusqu’à échéance 2020… Les différentes enveloppes : 60 M€ de Feder, 26M€ de FSE, 125 M€ de Feader et 7M€ de POIA pour le massif alpin n’ont pas été obtenues en un aller-retour à Bruxelles… »


+ Sur le même sujet...