Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
La CCI réunie en assemblée générale, ce lundi soir.La CCI réunie en assemblée générale, ce lundi soir.

Les 14 défis de la CCI et la volonté d’union pour les élections consulaires de novembre

24 Fév 2016 - 22:41

Le nouveau bureau de la CCI des Hautes-Alpes, mis en place en juin dernier à la suite de la démission de Maurice Brun en vue de son élection à la tête de la CCI de région, entend changer d’approche. « Nous avions deux solutions : soit gérer les affaires courantes en attendant les élections, soit engager des projets », a indiqué le président, Eric Gorde, lors de l’assemblée générale, ce lundi soir. « Nous travaillons de façon plus collégiale et plus transversale. Nous avons donc décidé de lancer 14 défis. Nous voulons agir et engager ces défis, même si nous n’aurons pas tout réalisé avant les élections. »

Ce lundi soir, chaque élu référent a présenté ces quatorze défis. Certains d’entre eux sont des projets de longue haleine, à l’instar de la question de l’ingénierie financière et de la diversification des sources de financement, de l’adaptation du commerce de proximité aux nouvelles tendances de consommation ou de la recherche de relais de croissance pour le tourisme de montagne. D’autres vont être mis en oeuvre plus ou moins rapidement au travers d’initiatives concrètes : la création d’un guichet unique pour la création ou la transmission d’entreprise (« 2478 chefs d’entreprise haut-alpins employant 29.000 salariés ont plus de 55 ans », a indiqué Jérôme Jarniac, vice-président), la mise en place d’un incubateur pour des start-up dans les locaux de la CCI ou encore la création d’une unité de transformation des fruits (« Nous travaillons en synergie avec l’Agence de développement et la chambre d’agriculture, et l’objectif est de créer un réseau avec des chercheurs pour imaginer quelque chose d’innovant », a avancé Eric Gorde).

La formation n’est pas oubliée avec la mise en place de deux formations bac+3 dès septembre 2016 à Gap : conseiller banque assurance (ce qui répond à une demande du Comité local des banques) et responsable manager de la distribution, à même d’avoir des débouchés dans les PME et la grande distribution. « Ce sont des formations adaptées à notre territoire pour maintenir les jeunes ici », a souligné Chantal Marchetto. Régis Bouchacourt a quant à lui évoqué la création de l’école du numérique, dès l’automne prochain à Gap. Elle proposera des formations courtes dès cette année aux salariés et dirigeants d’entreprises numériques, puis des formations longues en 2017 « pour répondre aux besoins d’emplois dans le numérique ».

Le bureau de la CCI appelle à une ouverture à l’UPE et au BTP
Le bureau de la CCI met tous les atouts de son côté pour parvenir à l'union avec l'UPE.
Le bureau de la CCI, qui recevait le préfet Philippe Court lundi soir, met tous les atouts de son côté pour parvenir à l’union avec l’UPE.

En lançant ces 14 défis, le bureau de la chambre consulaire s’inscrit clairement dans la perspective des prochaines élections, qui auront lieu en novembre prochain. Autre signe qui ne trompe pas : l’assemblée générale a voté pour passer le nombre de membres de la CCI de 32 à 38 (12 en catégorie commerce, 11 en industrie et 15 en services). La décision finale reviendra au préfet, mais l’objectif assumé est de permettre « une ouverture à l’UPE, à la fédération du BTP… », a expliqué M. Gorde. « Nous avons décidé de travailler davantage en mode projets qu’en mode vertical. » Le premier vice-président, Fabrice Magnat, abonde dans ce sens : « L’intérêt est de diversifier au maximum et d’élargir le panel à des personnes de tous horizons. »

Ce faisant, le bureau sortant met tous les atouts de son côté pour parvenir à des listes d’union pour les prochaines élections à la CCI, loin des querelles passées. Une nouvelle ère s’installe.


+ Sur le même sujet...