Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le commandant de police Jean-Baptiste Salvaing et sa compagne Jessica Schneider, les deux victimes du jihadiste de Magnanville (photos Police nationale).Le commandant de police Jean-Baptiste Salvaing et sa compagne Jessica Schneider, les deux victimes du jihadiste de Magnanville (photos Police nationale).

L’émotion de la classe politique haut-alpine après le double assassinat de Magnanville

14 Juin 2016 - 20:48

La classe politique haut-alpine s’émeut ce mardi du double assassinat d’un commandant de police et de sa compagne par un jihadiste, en présence de leur enfant de 3 ans, ce lundi soir à Magnanville. Les agents de la police nationale et de la préfecture des Hautes-Alpes observeront une minute de silence, ce mercredi à 12h. A cette occasion, la préfecture sera fermée au public de 11h30 à 12h10.

Pour le député Joël Giraud, « l’effroyable double assassinat du couple de policiers à Magnanville marque un tournant dans la menace terroriste. La barbarie puise sa haine à la même source : la haine de nos valeurs républicaines, des policiers, des journalistes, des homosexuels, des Juifs ! Cela rappelle totalement les heures sombres du nazisme. »

La députée Karine Berger estime que « la haine et la barbarie ont encore frappé notre territoire. Ces deux policiers ont été tués car ils représentaient la liberté d’un pays démocratique. A Orlando, c’est la liberté d’être soi qui était visée. »

Le président de la fédération 05 des Républicains, Arnaud Murgia, se dit « sans mots face au crime terroriste d’hier et aux ennemis intérieurs qui nous menacent. La France doit réagir. La question du placement en rétention des personnes fichées les plus dangereuses doit maintenant se poser. »