Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Michel Rocard (photo présidence de la République).Michel Rocard (photo présidence de la République).

Décès de Michel Rocard : plusieurs élus haut-alpins saluent un « grand homme d’Etat »

2 Juil 2016 - 23:49

[Mis à jour le 3 juillet] L’ancien Premier ministre Michel Rocard, initiateur de la deuxième gauche, est décédé, ce samedi, à l’âge de 85 ans. Les élus haut-alpins sont unanimes pour saluer un « grand homme d’Etat ».

La députée (PS) Karine Berger fait part de sa « grande émotion » et salue la mémoire de « celui qui a su écrire une page radicalement nouvelle de la gauche française. Et qui fut le grand Premier ministre du choc de la Nouvelle-Calédonie. » Mme Berger fait aussi part de sa « peine tout aussi grande que Elie Wiesel soit parti ce même jour. Sa voix résonnera pour toujours face au Mal que porte notre humanité. »

Chantal Eyméoud, maire (UDI) d’Embrun et 2e vice-présidente de la Région, fait part de son « respect » pour un « grand homme d’Etat aux idées bouillonnantes qui a fait bouger les lignes ».

Pour Patricia Vincent, conseillère départementale (divers gauche) de Tallard, c’est « la disparition d’un grand homme d’Etat qui aura marqué la vie politique pendant plus de cinquante ans par son intelligence, sa curiosité intellectuelle, sa capacité de transgression… » Elle fait part de son « émotion particulière pour Robert de Caumont, son ami de toujours, avec qui j’ai eu ce soir un échange émouvant… »

Rémy Oddou, conseiller départemental (divers gauche) de Tallard, rend hommage à « un grand homme d’Etat, qui, au-delà des clivages, privilégiait les idées aux postures. Sa pensée et son originalité vont nous manquer. »

Pour Valérie Rossi, conseillère départementale (PRG) de Chorges, Michel Rocard était de « ces personnalités hors du commun » qui marquent la vie politique française.

Ce dimanche, la fédération PS des Hautes-Alpes estime que le parti « perd un homme de grande valeur. Tout au long de sa vie, il a su avec intelligence et persévérance, travailler dans l’intérêt commun des Français au service de la République. »

 

Le député (PRG) Joël Giraud évoque un « homme lumineux, un homme pétri d’humanisme et de solidarité qui pensait et mettait en oeuvre une nouvelle société où le mouvement était perpétuel… loin des immobilismes actuels. »


+ Sur le même sujet...