Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Photo d'illustration.Photo d'illustration.

Gap : cambrioleur sur commande pour rembourser une dette de stupéfiants

6 Juil 2016 - 15:47

Un jeune Gapençais a été condamné, ce lundi, à douze mois d’emprisonnement, dont huit avec sursis et mise à l’épreuve, pour avoir incité un mineur de 17 ans à commettre un cambriolage pour lui rembourser une dette de stupéfiants. Le mineur était victime d’extorsion et de violences depuis une dizaine de jours. Le suspect a été écroué à la maison d’arrêt de Luynes.

L’affaire a débuté le 1er juillet par l’interpellation par les policiers de la Bac (brigade anti-criminalité) du mineur. Actuellement placé en foyer à Gap, il avait été mis en fuite par une personne dont la fenêtre venait d’être brisée par le jeune délinquant en vue de s’introduire chez elle.

 

Placé en garde à vue, le mineur a indiqué avoir tenté de commettre ce vol sur instructions d’un jeune majeur en remboursement d’une dette de stupéfiants. Selon lui, le commanditaire lui avait également fourni des habits sombres et un brise-glace pour commettre les faits.

 

Le commanditaire présumé était interpellé à son domicile où les policiers découvraient 960 grammes de résine de cannabis, un pochon de cocaïne et la somme de 280 € en petites coupures.

A son tour placé en garde à vue par la brigade de sûreté urbaine du commissariat de police de Gap, le commanditaire présumé confirmait avoir donné des instructions au mineur pour commettre un vol dans une villa afin qu’il le rembourse d’une dette tout en assurant qu’elle n’était pas liée à la vente de stupéfiants. Il reconnaissait même avoir donné des coups au mineur, toujours dans le but d’être remboursé. Mais il niait être un revendeur de stupéfiants.

Outre les quantités de stupéfiants saisis à son domicile, l’exploitation de son téléphone portable a également permis de le confondre dans son activité de revente de cannabis.

 

Jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Gap, il a été condamné ce lundi à quatre mois ferme, avec mandat de dépôt. Le parquet avait requis 18 mois d’emprisonnement, dont douze ferme, à son encontre.


+ Sur le même sujet...