Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le président de la République, François Hollande, ne briguera pas sa propre succession (photo Présidence de la République).Le président de la République, François Hollande, ne briguera pas sa propre succession (photo Présidence de la République).

Annonce de la non-candidature de François Hollande : les réactions des élus haut-alpins

1 Déc 2016 - 23:14

« Je ne suis animé que par l’intérêt supérieur du pays. L’expérience m’a apporté l’humilité nécessaire dans ma tâche. Aussi, j’ai décidé de ne pas être candidat au renouvellement de mon mandat. » C’est par ces mots que le président de la République, François Hollande, a annoncé, ce jeudi soir, lors d’une allocution télévisée, sa décision de ne pas se représenter à l’élection présidentielle en mai prochain. Le chef de l’Etat a créé la surprise, aussi bien sur la forme que sur le fond. Plusieurs personnalités haut-alpines ont d’ores et déjà réagi à cette annonce, dont son ancien chef adjoint de cabinet, Christophe Pierrel, désormais candidat déclaré à la mairie de Gap.

A Gap, les militants socialistes de la première circonscription ont suivi la déclaration en direct, depuis le siège de la fédération PS des Hautes-Alpes. La députée Karine Berger a posté ce tweet, sans réagir ensuite sur les réseaux sociaux sur l’annonce du chef de l’Etat.

Christophe Pierrel fait part de sa « grande émotion. Je tiens à saluer un grand homme d’Etat qui restera dans l’histoire pour ce qu’il a fait et pour son courage. Je sais que les Français comprendront au fil du temps ce qu’il a fait pour la France ! Il est temps pour la gauche de se rassembler et surtout de définir qui va porter nos espérances face à la droite la plus conservatrice et l’extrême-droite. Notre responsabilité est immense ! »

Le président (LR) de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Christian Estrosi, salue « la dignité du geste. Il est rare dans la vie politique de privilégier l’intérêt général du pays plutôt que son ego et ses sentiments personnels. Si cette décision ne manque pas de courage, elle ne manque pas non plus de lucidité. Comme de nombreux Français, après avoir regardé son bilan en conscience, le président de la République a estimé qu’il n’était pas envisageable de se succéder à lui-même. Nous allons donc changer de président. C’est désormais également de politique qu’il faut changer. »

« François Hollande admet l’échec de son quinquennat et décide, avec lucidité, de ne pas se représenter », réagit Chantal Eyméoud (UDI), maire d’Embrun et vice-présidente de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. « Une nouvelle ère politique s’ouvre avec le départ de trois personnalités majeures : Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Hollande », commente-t-elle, en appelant à « construire l’avenir de la France ».

Jean-Michel Arnaud, maire (LR) de Tallard, « salue » une « sage décision pour la France ». François Hollande « place ainsi l’opposition Républicaine dans l’obligation de rassembler les Français au-delà de son noyau dur et de présenter un projet exigeant pour redresser la France affaiblie depuis cinq ans ».


+ Sur le même sujet...