Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Téléphérique pic de Bure

L’exploitation du téléphérique du Pic de Bure suspendue par le préfet

Le préfet des Hautes-Alpes, Philippe Court, a signé, ce vendredi, un arrêté suspendant l’exploitation du nouveau téléphérique du plateau de Bure, qui dessert l’Iram (Institut de radioastronomie millimétrique). L’installation, mise en service en juillet 2015 et inaugurée en octobre 2015, est hors-service depuis le 21 novembre dernier. Un câble a en effet déraillé, hors exploitation, selon une information publiée le 24 novembre par Dici TV. Le câble est au sol, indique un témoin. Cet incident a évidemment une terrible résonance, rappelant la tragédie du 1er juillet 1999, lorsque le précédent téléphérique avait basculé dans le vide, précipitant ses vingt occupants vers la mort. La desserte de l’observatoire est de nouveau assurée par hélicoptère depuis ce dysfonctionnement.

D’une longueur de 4040 mètres, le nouveau téléphérique, conçu par la société italienne Leitner, est le plus long va-et-vient de France. Il est équipé de deux cabines : l’une pour le transport des personnes (15 places en plus du cabinier), l’autre -modulaire- pour le transport de matériel (d’une capacité de 6 tonnes). Il est pourvu de deux postes de pilotage : l’un à la gare aval, à l’Enclus, et l’autre à bord de la cabine, où le conducteur peut prendre la main, en fonction des conditions. La cabine est aussi équipée de caméras embarquées, qui permettent notamment d’effectuer des diagnostics permanents. Et de trois freins : électrique, mécanique et d’urgence pour la poulie motrice.

La cabine est tractée par un câble et roule sur deux câbles porteurs, ce qui doit limiter les frottements et assurer au téléphérique une longévité de 60 à 80 ans selon le fabricant. Au total, 34 km de câbles équipent l’installation.

Dans son arrêté, le préfet précise que « les conditions préalables à la remise en état de l’installation seront précisées ultérieurement ».


+ Sur le même sujet...