Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Antenne téléphone Puymaure

Problèmes de téléphonie mobile : le Département se félicite de la plateforme lancée par le gouvernement

Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au Numérique, a annoncé ce lundi le lancement de la plateforme France Mobile afin de permettre aux élus locaux de signaler les problèmes de couverture de leur territoire en téléphonie mobile. L’objectif est de permettre aux maires, présidents d’intercommunalité ou présidents de Département de signaler directement des problèmes de couverture, via cette plateforme opérée par l’Agence du numérique, qui sera un relais entre l’Etat, les collectivités locales et les opérateurs de téléphonie mobile.

« Enfin! » s’exclame Gérard Tenoux, vice-président du Conseil départemental en charge du développement numérique. L’élu est à l’origine d’une motion sur cette question, qui avait été précisément adoptée à l’unanimité le 6 décembre dernier par l’assemblée départementale. En présentant cette motion, M. Tenoux avait estimé que le département était en « zone grise », autrement dit avec des zones rurales officiellement couvertes par la téléphonie mobile mais sujettes à des dysfonctionnements fréquents.

Les exemples ne manquent pas. « Dans le Queyras, nous n’avons plus de téléphonie mobile depuis novembre », avait constaté Marcel Cannat, conseiller départemental de Guillestre. « Un hélicoptère est intervenu pour une réparation, mais ça n’a pas tenu. » Florent Armand, conseiller départemental de Laragne-Montéglin, avait quant à lui rappelé que « les gorges de la Méouge sont restées muettes pendant plusieurs semaines » et qu’il est « difficile de joindre un interlocuteur ». Surtout, soulignait Gérard Tenoux, que, « souvent, les opérateurs effectuent des contrôles à distance qui indiquent que ça fonctionne directement, et nous avons le plus grand mal à faire valoir que, sur le terrain, nous constatons que ce n’est pas le cas ».

Du coup, M. Tenoux se félicite de cette « bonne initiative » du gouvernement. « Cependant, le dispositif mis en place est relativement complexe. Il doit faire l’objet d’une convention qui doit être signée avec les associations d’élus, ce qui n’est pas encore fait. Espérons que les actes suivront les bonnes intentions du gouvernement. »