Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Neige de culture

Une nouvelle réglementation pourrait retarder les projets de neige de culture

La quasi-totalité des stations de ski des Hautes-Alpes ont des projets pour conforter leur enneigement artificiel. Elles y sont même encouragées par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, au travers de son programme « Smart Mountain », doté d’un budget de 100 M€. Mais la réforme des études d’impact, qui s’est traduite par une ordonnance et un décret en août 2016, risque de retarder ces projets. C’est en tout cas la crainte de Domaines skiables de France, le syndicat professionnel des exploitants de remontées mécaniques, qui estime que « l’année 2017 pourrait être une année sans aucun projet de neige de culture ».

L’ordonnance du 3 août et le décret du 11 août modifiant les « règles applicables à l’évaluation environnementale des projets, plans et programmes » ont « complexifié les règles de l’évaluation environnementale des projets et instauré une nouvelle procédure d’autorisation », observe le syndicat professionnel.

Pour les stations de ski, le décret prévoit que les projets suivants seront soumis à évaluation environnementale : la création de remontées mécaniques ou téléphériques transportant plus de 1500 passagers par heure, de pistes de ski d’une superficie de 2 hectares ou plus en site vierge ou de 4 hectares ou plus hors site vierge, et pour les installations et aménagements associés permettant d’enneiger une superficie supérieure ou égale à 2 hectares en site vierge ou d’une superficie supérieure ou égale à 4 hectares hors site vierge. En-deçà de ces surfaces, les projets seront soumis à examen au cas par cas.

« Les extensions de réseau de neige de culture sans nouveau prélèvement d’eau sont concernées », relève DSF. « Si, comme on peut le craindre, ces projets devaient être soumis à une étude faunistique, floristique préalable et à un délai d’instruction de 9 mois, l’année 2017 pourrait être une année sans aucun projet de neige de culture. »

Or, rappelle le syndicat, « ce début de saison, la neige de culture a une nouvelle fois démontré son efficacité en permettant l’ouverture de nombreuses pistes de ski à Noël malgré les conditions d’enneigement déficitaires. Car il ne faut pas s’y tromper, si la branche des domaines skiables a pu, avant le 25 décembre, embaucher en moyenne 2 saisonniers sur 3, c’est bien grâce notamment à la neige de culture. »

 

 

 

Matheron campagne tirage au sort