AccueilActualités informatiqueAirTags et harcèlement : Apple prévoit de s'adresser aux personnes dangereuses

AirTags et harcèlement : Apple prévoit de s’adresser aux personnes dangereuses

Dans la dernière version bêta d’iOS 15.4, Apple a intégré pour la première fois un avis anti-traque qui s’oppose en termes clairs à un abus potentiel de ses AirTags. Le groupe avait précédemment annoncé vouloir améliorer les fonctions de sécurité des trackers Ultra-Wideband et Bluetooth pour protéger les victimes potentielles d’un suivi indésirable.

Sommaire

A l’avenir, tous les propriétaires d’AirTag recevront une sorte de message de danger lors de la configuration de leur appareil. Il y est explicitement indiqué que le tracker en question est lié à son propre identifiant Apple. « L’AirTag ne sert qu’à suivre des choses qui t’appartiennent ». L’utilisation d’un AirTag pour suivre des personnes sans leur consentement « est un crime dans de nombreuses régions du monde », poursuit le groupe. Il informe en outre ses utilisateurs que « les AirTags sont conçus pour être détectés par les victimes ». En outre, les appareils permettent aux forces de l’ordre d’obtenir « des informations d’identification sur leur propriétaire ». [bei Apple] .

Des propos aussi clairs contre d’éventuelles tentatives de harcèlement n’avaient jamais été tenus auparavant – Apple réagit ainsi aux rapports d’abus concernant les trackers. Ce changement fait partie d’un concept de protection plus large. Les utilisateurs doivent ainsi être mieux informés et de manière plus claire des tentatives de harcèlement potentielles. Les mesures avaient également suscité des critiques, car elles limitaient encore plus l’utilisation des AirTags à des fins légitimes. Apple souligne certes toujours que les appareils ne sont que de simples « traqueurs d’objets » permettant de retrouver des objets égarés. Mais de nombreux utilisateurs souhaitent également utiliser les AirTags pour se protéger contre le vol – par exemple sur un vélo – ce qui ne fonctionne évidemment pas si les voleurs sont immédiatement avertis.

Les mesures anti-traque n’ont toutefois pas d’effet si les appareils ont été manipulés dans le réseau « Où est ? » bien couvert d’Apple. Il existe ainsi sur Internet des offres d’AirTags avec des haut-parleurs d’alerte désactivés. En outre, il est possible d’utiliser des clones d’AirTag dont le micrologiciel a été modifié et qui se comportent vis-à-vis du réseau d’Apple de telle sorte qu’ils ne peuvent pas être détectés comme des appareils de harcèlement potentiels.

Pour le reste de l’année, Apple « étudie » des améliorations supplémentaires de sa technique de protection contre le harcèlement. Les iPhones seront à l’avenir avertis plus tôt de la présence d’AirTags inconnus, selon le groupe. La protection sur les appareils Android pourrait également être améliorée, il existe déjà une application de scannage.

Plus d'articles