AccueilActualités informatiqueConfirmation de l'existence de ce supercalculateur : La Chine exploite déjà deux...

Confirmation de l’existence de ce supercalculateur : La Chine exploite déjà deux superordinateurs ExaFlops

Le salon du supercalcul SC21 a confirmé que les deux premiers supercalculateurs exascale du monde fonctionnaient en Chine : OceanLight et Tianhe-3. Leur existence faisait jusqu’à présent l’objet de rumeurs, mais David Kahaner de l’Asian Technology Program (ATIP) publie aujourd’hui de nouveaux détails sur ces systèmes.

Selon lui, OceanLight atteint dans le benchmark Linpack une puissance de calcul de pointe de 1,3 ExaFlops avec une précision double (FP64) – sur une période plus longue, il atteint 1,05 ExaFlops. Si le National Research Center of Parallel Computer Engineering and Technology (NRCPC) faisait figurer le supercalculateur dans sa liste Top500, il serait environ deux fois plus rapide que le leader actuel, le Fugaku japonais.

L’OceanLight utilise des processeurs ShenWei du fabricant chinois Sunway avec une architecture hybride conçue par l’entreprise et composée de différents cœurs de CPU. La majeure partie de la puissance de calcul provient d’unités vectorielles de 512 bits de large, analogues à l’AVX-512 d’Intel. Un processeur SW39010 utilise un nombre énorme de cœurs de CPU – 390. L’ATIP estime que 96 cabinets de serveurs contiennent chacun 1024 de ces processeurs ShenWei, ce qui représente bien 38 millions de cœurs de CPU. Le système fonctionne déjà depuis mars 2021.

Le Tianhe-3 de la National University of Defense Technology (NUDT) est encore plus rapide et devrait être achevé en octobre 2021 avec un mélange de processeurs ARM FeiTeng et d’accélérateurs de calcul matriciels. La puissance de calcul de pointe provisoire du FP64 est de 1,7 exaFlops, persistante à 1,3 exaFlops.

Le projet d’un troisième système Exascale avec une puissance de calcul visée de 2 ExaFlops a été jeté aux oubliettes, apparemment parce que le fabricant chargé de la construction, Sugon, a mis la clé sous la porte. Comme le système devait être lancé avec des processeurs x86, l’ATIP suppose que du matériel AMD pourrait être utilisé à l’avenir : Des processeurs Zen 4 et des accélérateurs Instinct analogues au supercalculateur américain Exascale El Capitan.

Plus d'articles