AccueilActualités informatiqueConnectivité par satellite : Panne d'un important câble sous-marin vers le Svalbard

Connectivité par satellite : Panne d’un important câble sous-marin vers le Svalbard

L’un des deux câbles sous-marins reliant l’archipel norvégien du Svalbard dans l’Atlantique Nord au continent norvégien est tombé en panne et il n’existe donc actuellement aucune réserve pour relier la plus grande station terrestre de satellites du monde au reste du monde. C’est ce qu’a annoncé l’entreprise publique norvégienne Space Norway, responsable de l’exploitation des câbles sous-marins. Les deux sont longs de plus de 1300 kilomètres. Vendredi dernier, il a été constaté que l’un des deux câbles ne fonctionnait plus, le défaut se situant à environ 130 à 230 kilomètres de Longyearbyen, la capitale du Svalbard, là où le fond marin descend de 300 mètres à 2700 mètres de profondeur. La réparation nécessitera un navire à câble spécial. On ne sait pas encore combien de temps cela prendra.

Le Svalbard Undersea Cable System ne connecte pas seulement les deux mille et demi d’habitants du Svalbard – le nom officiel de l’archipel – à Internet et au reste du monde, mais aussi et surtout à la plus grande station terrestre de satellites du monde, Svalbard satellittstasjon (SvalSat). Avec plus de 100 antennes, les satellites en orbite polaire basse peuvent être contactés une fois à chaque tour de la Terre, contrairement à ce qui se passe presque partout ailleurs. La station est exploitée par l’entreprise semi-publique Kongsberg Satellite Services AS (KSAT). Afin de relier la station de manière sûre et fiable à l’infrastructure de communication mondiale, les deux câbles sous-marins ont été posés en 2003. Space Norway assure aujourd’hui que le deuxième câble fonctionne parfaitement et que la panne n’a fait que supprimer la redondance. Le gouvernement norvégien est également attentif à cette panne.

Aurore boréale au-dessus de SvalSat

(Image : ESA – R. Martin)

Inauguré en 1997, SvalSat est un élément important de l’infrastructure des agences spatiales NASA et ESA, mais aussi de l’Organisation européenne pour l’exploitation de satellites météorologiques Eumetsat. C’est notamment par ce biais que passe le contact avec les satellites d’observation de la Terre du programme Copernicus, explique l’ESA. La station est également importante pour le système de navigation par satellite Galileo, où elle transmet quelques ordres de correction, explique l’ESA. En même temps, la station est l’une des plus isolées de son genre. La route de quelques kilomètres menant à Longyearbyen, la capitale du Svalbard, est régulièrement impraticable, et l’équipe de la station, composée de deux douzaines de personnes, peut travailler une ou deux semaines sans approvisionnement. De plus, il existe un réel danger d’attaque par les ours polaires, qui sont plus nombreux que les humains sur l’île.

Plus d'articles