AccueilActualités informatiqueE-ordonnance : les caisses légales sont prêtes

E-ordonnance : les caisses légales sont prêtes

Comme les 97 caisses d’assurance maladie légales peuvent accepter et facturer des ordonnances numériques, la prescription électronique est en bonne voie. C’est ce que souligne Doris Pfeiffer, la présidente du comité directeur de l’association des caisses maladie allemandes (GKV). Toutefois, des complications pourraient encore survenir, car les caisses d’assurance maladie et les centres de facturation des pharmacies doivent harmoniser leurs processus.

Afin d’éviter les retaxations dues à des erreurs techniques, l’association travaillera en étroite collaboration avec les pharmacies concernées. Lors d’un retaxage, la caisse d’assurance maladie refuse le remboursement d’un médicament que la pharmacie a déjà délivré. Ainsi, un remboursement généralement déjà versé est réclamé et la pharmacie se retrouve avec les frais sur les bras. « De la même manière qu’un certificat de vaccination numérique nous accompagne maintenant au quotidien, l’ordonnance électronique devrait le faire tout naturellement à l’avenir », a expliqué Mme Pfeiffer. Par sa prise de position, elle souhaite lancer un appel aux politiques pour qu’ils fassent avancer la numérisation du système de santé.

Le communiqué de la GKV-Spitzenverband est une réaction à la nouvelle selon laquelle une date d’introduction obligatoire de l’ordonnance électronique dans tous les cabinets médicaux raccordés à l’infrastructure télématique du système de santé a été mise en veilleuse. Cette nouvelle a entraîné une pression sur les cours des actions des grandes pharmacies en ligne Shop Apotheke et Zur Rose. Même si les 97 caisses de maladie légales sont de la partie, le niveau global de délivrance d’ordonnances électroniques est très faible.

Jusqu’au 17 février, un total de 1596 e-ordonnances ont été honorées, explique Pfeiffer. Si l’on compare avec le nombre indiqué sur le tableau de bord actuel du 18 février, 169 ordonnances numériques ont été délivrées et honorées en l’espace d’une journée. En attendant une nouvelle décision sur l’introduction obligatoire de l’e-prescription, la phase de test actuelle devrait permettre d’honorer 30.000 ordonnances.

Plus d'articles