AccueilActualités informatiqueE-Perso : la carte d'identité se décline en trois variantes sur le...

E-Perso : la carte d’identité se décline en trois variantes sur le smartphone

Trop compliqué, oubli du PIN, pas besoin – les raisons de ne pas utiliser la carte d’identité électronique sont nombreuses. Selon l’Observatoire de l’administration en ligne de l’initiative D21, seuls 6 % des Allemands ont déjà utilisé cette carte en ligne.

Depuis quelque temps, le gouvernement fédéral poursuit donc le projet d’introduire l’e-perso sur les smartphones et de simplifier ainsi son utilisation. Entre-temps, il est clair qu’elle prévoit pas moins de trois variantes d’identité numérique : premièrement, la Smart-eID, qui peut remplacer entièrement l’E-Perso ; deuxièmement, une version de la Smart-eID avec un niveau de sécurité inférieur ; et troisièmement, la Basic-ID, qui a peu de choses en commun avec l’E-Perso et pourrait être utilisée, par exemple, pour l’enregistrement des hôtels et la location de voitures.

Après quelques retards, la Smart-eID sera lancée en décembre, comme l’avait annoncé le ministère fédéral de l’intérieur (BMI) en septembre. Les citoyens pourront alors stocker les données de leur carte d’identité dans le Secure Element, une puce de sécurité présente dans certains smartphones. Ensuite, seuls le téléphone mobile et l' »AusweisApp2″ seront suffisants pour l’identification sur internet. Jusqu’à présent, vous devez toujours lire votre carte d’identité à chaque fois via NFC.

Sommaire

La Smart-eID est censée être utilisable partout où l’e-perso fonctionne également. L’inconvénient est qu’il ne fonctionne pour l’instant que sur quelques smartphones. En effet, les fabricants doivent faire certifier leurs modèles par l’Office fédéral de la sécurité des informations.

Jusqu’à présent, seul Samsung l’a fait – et seulement pour la série Galaxy S20. Des appareils haut de gamme plus récents, tels que le S21 et le Note20, suivront bientôt, comme Samsung l’a annoncé sur demande. À l’avenir, la série Galaxy A, moins chère, sera également équipée d’une puce certifiée. Les anciens modèles Samsung, qui disposent déjà d’un Secure Element, deviendront également compatibles grâce à une mise à jour logicielle. Le gouvernement fédéral est en pourparlers avec d’autres fabricants, mais n’a pas fait état d’autres engagements à ce jour.

Néanmoins, afin de toucher un plus grand nombre d’utilisateurs, le BMI travaille également sur une solution qui se passe de puce de sécurité et stocke les informations d’identification sous forme cryptée dans la mémoire normale du smartphone – variante numéro deux. Celle-ci devrait être lancée au premier semestre 2022 et être compatible avec presque tous les smartphones. Cette variante ne serait probablement pas approuvée pour les applications ayant des exigences de sécurité élevées, comme les applications Bafög.

Outre le ministère fédéral de l’intérieur, la Chancellerie fédérale travaille également sur les identités numériques : En collaboration avec des prestataires de services privés, elle a lancé fin septembre l’application « ID Wallet », qui comprend un permis de conduire numérique. Le lancement a connu un échec plutôt spectaculaire après les critiques des utilisateurs et des experts en sécurité, et le prestataire de services Digital Enabling, mandaté par le gouvernement fédéral, a retiré l’application des magasins Google et Apple. Cependant, elle souhaite la ramener sur les magasins d’applications dans une nouvelle version d’ici quelques semaines.

L’application devrait alors également être en mesure de lire l’e-Perso et de stocker les informations qu’il contient en tant qu' »identifiant de base » – variante numéro trois du Perso. Comme pour la carte d’identité électronique intelligente, les données d’identification seront stockées uniquement sur le smartphone et non de manière centralisée.

Derrière l’application portefeuille se cache une toute nouvelle infrastructure qui n’est pas compatible avec l’e-perso et l’eID intelligente : une blockchain ou un réseau décentralisé (« registre distribué ») sert d’ancre de confiance. Les émetteurs de documents (comme l’Office fédéral des transports motorisés dans le cas des permis de conduire) doivent stocker les données des tests dans le réseau. Les vérificateurs (par exemple, les fournisseurs de services de location ou de partage de voitures) devraient pouvoir y consulter les données. Le gouvernement fédéral espère que ce nouveau système sera plus populaire auprès des entreprises que l’infrastructure e-perso.

D’un point de vue juridique, la carte d’identité de base n’est pas encore une carte d’identité officielle et, pour l’instant, elle ne peut être utilisée que dans les cas où le législateur n’exige pas une e-Perso ou une smart eID, par exemple auprès des fournisseurs de services de covoiturage ou de location de voitures. À l’avenir, les citoyens pourront stocker toutes sortes de documents sur tous les smartphones courants dans l’application Wallet – en plus des permis de conduire et des cartes d’identité, par exemple, également les certificats de naissance ou les certificats de fin d’études.

Espérons que les utilisateurs seront alors en mesure de savoir quel identifiant numérique ils peuvent utiliser à quel endroit.

c’est le numéro 21/2021

Dans c’t 21/2021, nous avons examiné de plus près les mini-PC destinés à (presque) tous les usages. Ils prennent peu de place et peuvent être montés discrètement. Toutefois, si vous souhaitez une configuration individuelle ou une mise à niveau ultérieure, vous devez faire vos achats avec soin. Également dans le numéro : votre chemin vers un serveur cloud individuel, le stockage de photos en ligne pour Android et iOS à l’essai et l’accessibilité avec Alexa. Le numéro 21/2021 sera disponible dans la boutique et dans les kiosques à journaux bien achalandés à partir du 24 septembre.

Plus d'articles